NOUVELLES

Sainte-Brigitte-de-Laval : un grand ménage bien accueilli

12/02/2014 04:43 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

D'anciens citoyens de Sainte-Brigitte-de-Laval saluent les mesures prises par l'administration municipale qui a récemment montré la porte à son directeur général et au directeur des affaires juridiques.

Lundi, les élus de Sainte-Brigitte-de-Laval ont officialisé le congédiement du directeur des affaires juridiques et greffier, Sylvain Déry, pour avoir, selon la Ville, fait preuve d'insubordination et d'intimidation auprès des employés et de citoyens.

L'ancien directeur général Gaétan Bussières a pour sa part été démis de ses fonctions en janvier.

D'ex-résidents de l'endroit, qui ont eu maille à partir avec l'ancienne administration municipale, accueillent favorablement les actions prises par le conseil municipal.

Marie-Ève Pageau dit avoir reçu une mise en demeure de Sylvain Déry après qu'elle ait déposé une plainte.

En 2012, elle avait tenté d'obtenir de l'information sur son contrat de travail et celui du directeur général. Insatisfaite de la réponse de Me Déry, elle a porté plainte auprès du maire. Elle a ensuite reçu une mise en demeure.

« Pour moi, le ciel venait de nous tomber sur la tête. Dans ma tête, on allait en cour, on allait débourser des milliers de dollars en frais d'avocats, simplement pace que j'avais fait une plainte », dit-elle.

Elle et son conjoint David Dussault avaient planifié de fonder une famille à Sainte-Brigitte-de-Laval. À l'été 2012, le jeune couple a plutôt choisi de déménager.

« À partir de là, nous on s'est dit : "Si on ne peut plus poser de questions, si on ne peut plus rien faire, pourquoi on continuerait de payer des taxes?" », mentionne Mme Pageau.

Marie-Ève Pageau et son conjoint se disent maintenant ouverts à l'idée de retourner vivre à Sainte-Brigitte-de-Laval.

Un ancien citoyen veut s'adresser au Barreau

Marcel Martel, qui demeure maintenant dans l'arrondissement de Beauport, a aussi vécu des frictions avec la direction de Sainte-Brigitte-de-Laval.

Le retraité a beaucoup insisté pour obtenir de l'information et des documents. L'ancienne administration municipale a tenté de lui interdire de se rendre à l'hôtel de ville. 

Il a aussi fait l'objet d'une plainte pour voies de fait sur une conseillère, mais il a été acquitté de cette accusation.

Marcel Martel a finalement quitté Sainte-Brigitte-de-Laval en 2012.

Pour Marcel Martel, le congédiement de M. Déry n'est toutefois pas suffisant. Il espère que la Ville de Sainte-Brigitte-de-Laval portera la cause devant le Barreau afin que Sylvain Déry, qui est avocat, soit radié de sa profession.

« Je vais aller au Barreau du Québec, je vais demander au syndic une enquête sur le comportement de Me Déry depuis 2011, la façon qu'il agit versus son code de déontologie et j'espère que l'UPAC, finalement, va agir dans ce dossier-là », affirme M. Martel.

De son côté, Sylvain Déry soutient qu'il n'a jamais reçu de reproches de son employeur. Il dit n'avoir eu droit à aucune explication avant le 27 janvier, jour où il a reçu un avis de suspension sans salaire.

Sylvain Déry a entamé des procédures judiciaires.

PLUS:rc