NOUVELLES

Nigeria: deux villages attaqués par des islamistes présumés, au moins quatre morts

12/02/2014 10:39 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

Au moins quatre personnes sont mortes dans l'attaque de deux villages du nord-est du Nigeria par des islamistes présumés de Boko Haram, qui ont brûlé des maisons et des marchés, ont déclaré des responsables humanitaires et des témoins mercredi.

Les attaques ont eu lieu mardi soir dans l'Etat de Borno, fief historique du groupe extrémiste Boko Haram, épicentre de l'insurrection islamiste qui secoue le nord du Nigeria.

Peu avant le coucher du soleil, de nombreux hommes à bord de véhicules 4X4 ont attaqué le village de Konduga où ils ont tiré dans tous les sens selon Bukar Mai Rembe, un employé de la Croix-Rouge à Konduga.

"L'attaque a poussé les habitants à fuir le village, en direction de la brousse, alors que les hommes armés mettaient le feu aux maisons et au marché", a-t-il déclaré à l'AFP, refusant de donner un bilan.

"C'était fou", rapporte Sanda Goni, un témoin, selon qui "des centaines" de maisons ont été brûlées au cours de l'attaque qui a duré environ cinq heures.

"Presque tous les habitants sont toujours dans la brousse, ils ont peur de retourner dans le village", a-t-il ajouté.

Au même moment, mardi soir, des hommes armées ont ouvert le feu dans le village de Wajirko, avant de battre en retraite après des échanges de tirs avec des soldats déployés dans cette région, selon Adamu Maude, un habitant.

"Nous avons perdu quatre personnes dans l'attaque et six autres ont été transportées à l'hôpital", a-t-il déclaré à l'AFP, ajoutant que près de 50 maisons ont été détruites.

Au cours d'une attaque du même type, le mois dernier, dans le village de Kawuri, 52 personnes avaient perdu la vie, selon la police, 85 selon les habitants.

Les Etats de Borno, Adamawa et Yobe, tous trois situés dans le Nord-Est, sont sous le coup d'un état d'urgence depuis mai dernier, dans le but de mettre fin à l'insurrection islamiste qui a fait des milliers de morts depuis 2009.

Malgré une opération militaire de grande envergure, les attaques islamistes persistent dans cette région.

abu-bs/phz/cdc/sd

PLUS:hp