NOUVELLES

Les patients du 450 atteints de cancer incités à rester dans le 450

12/02/2014 06:16 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

Une directive de l'Agence de santé de Montréal a causé une commotion auprès de patients souffrant de cancer. Selon la Coalition Priorité Cancer, cette directive laisse entendre que les hôpitaux spécialisés ne pourront plus offrir des traitements de radiothérapie aux patients du 450.

Les budgets des hôpitaux de Montréal seraient réduits, selon la Coalition, puisque les patients de la couronne peuvent maintenant se faire soigner à Laval ou à Longueuil.

La présidente de la Coalition Priorité Cancer, Nathalie Rodrigue, croit que cela met en péril le choix que peuvent faire les patients quant à l'endroit où ils veulent être traités.

Interrogé à l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé Réjean Hébert a tenu à corriger le tir et rappeler qu'il n'est pas question de limiter à quiconque l'accès aux soins. « Les gens ont le libre choix et ils le garderont », a affirmé le ministre Hébert. Mais il a aussi rappelé que beaucoup d'argent avait été investi pour offrir des services de radiothérapie en Montérégie et à Laval pour que les patients puissent recevoir des traitements plus près de chez eux.

« C'est une directive budgétaire qui informe les établissements de l'île de Montréal qu'ils doivent prévoir une réduction du volume de leurs patients parce que les patients sont traités sur l'île de Laval et au centre hospitalier Charles LeMoyne pour les gens de la Montérégie. Il y a une baisse de volume et les budgets vont s'ajuster en conséquences », a expliqué Réjean Hébert.

Dans les faits, depuis l'ouverture des deux nouveaux centres de radiothérapie de la Montérégie et à Laval, les hôpitaux montréalais ont traité 3000 patients de moins par année. Il est donc normal que les budgets soient transférés, conclut l'Agence de Santé de Montréal.

Le ministre Hébert a ajouté que « cela ne concerne pas les soins surspécialisés qui vont continuer à être offerts aux patients dans les hôpitaux universitaires de l'île de Montréal. »

Réactions mitigées

La Coalition Priorité Cancer se dit encore inquiète malgré tout. Elle ne sera rassurée que lorsqu'il sera démontré que les patients peuvent encore choisir leur hôpital et que le budget pour les soigner les y suivra.

Un des hôpitaux montréalais touchés par la directive, le Centre universitaire de Santé McGill, n'a pas voulu commenter avant la tenue d'une rencontre mercredi soir du Comité régional de coordination en radio-oncologie avec l'Agence de Santé de services sociaux.

Avec les informations d'Anne-Louise Despatie et de Francine Plourde

PLUS:rc