NOUVELLES

Les Canadiennes remportent leur premier duel contre les Américaines au hockey

12/02/2014 09:54 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

SOTCHI, Russie - Défait à ses quatre derniers matchs préparatoires contre les États-Unis, le Canada a semé un léger doute dans l'esprit de ses éternelles rivales en hockey féminin, mercredi, en remportant le premier choc des Jeux de Sotchi, 3-2.

«C'est une grosse victoire pour nous, qui nous insuffle une grande dose de confiance, a affirmé l'attaquante Caroline Ouellette. Elle est importante aussi parce qu'elle nous assure de finir en première position de notre poule, et d'être l'équipe hôte si on atteint la finale.»

«Ça envoie le message que nous sommes de retour, que nous pouvons les battre», a renchéri la gardienne Charline Labonté, qui a été très solide en repoussant 25 tirs.

Son opposante Jessie Vetter lui a livré un excellent duel, étant confrontée à 31 tirs.

Curieusement, c'était la première fois que Labonté affrontait les Américaines, à sa quatrième participation aux JO.

«Je n'avais pas réalisé que c'était une première pour moi, a répondu Labonté, qui s'est principalement signalée en deuxième période. Je me sens super bien. Je suis en pleine confiance parce que j'ai une équipe fantastique devant moi.»

La gardienne native de Boisbriand a en tout cas prouvé qu'on pourra compter sur elle, advenant qu'il y ait un match-revanche en finale, comme on s'y attend.

«Je suis tellement contente pour Charline. Elle a été super solide, et ça nous a donné confiance. Ça ne peut pas arriver à meilleure fille. C'est une coéquipière extraordinaire.»

Wickenheiser, la meneuse

À l'attaque, Hayley Wickenheiser demeure la meneuse de jeu incontestée de l'équipe, même si elle n'arbore plus le titre de capitaine.

Wickenheiser et Meghan Agosta, qui a souligné son 27e anniversaire de naissance avec un doublé, ont réussi les buts des Canadiennes, tous en troisième période. Les deux ont ajouté une aide chacune.

«Nos meilleures joueuses ont été les meilleures, et c'est ce qui a fait la différence», a avancé Ouellette, la nouvelle capitaine. Hayley a cette capacité d'élever son niveau quand l'enjeu est important. Elle l'a toujours fait pendant sa carrière. Elle est très forte.»

Hilary Knight et Anne Schleper ont assuré la réplique des Américaines.

Le nouvel entraîneur de l'équipe canadienne Kevin Dineen a savouré un premier succès après avoir subi trois défaites en matchs préparatoires, après sa nomination en décembre.

«Ç'a été un match typique entre les deux pays, et on ne s'attend à rien de moins, a-t-il commenté. Les Américaines nous ont dominés jusqu'à la 10e minute de la deuxième période. Puis, nous nous sommes raplombées et avons été actives en troisième période.»

But controversé

Les Américaines avaient ouvert le score durant un jeu de puissance, à 17:34 de la deuxième période. Comme un boxeur ébranlé par un compte de huit, les Canadiennes ont évité le pire au cours des dernières minutes de l'engagement.

Tôt en troisième, le Canada a finalement saisi sa chance en supériorité numérique, à sa quatrième occasion. Positionnée sur le flanc gauche, Wickenheiser a repéré Agosta, isolée du côté droit, à 2:21.

Wickenheiser a fait 2-1, 1:33 plus tard. Une défenseuse américaine, en voulant remettre la rondelle à son gardien, l'a fait glisser dans le filet. L'action a nécessité la révision vidéo parce qu'on croyait que l'arbitre avait signalé l'arrêt du jeu.

«Il y a eu un coup de sifflet, et c'est la raison pour laquelle nous avons cessé de jouer, a commenté l'attaquante américaine, Hilary Knight. Aux États-Unis, nous jouons entre les arrêts de jeu uniquement. Je me demande si on peut entendre le son aux révisions vidéo. J'ai entendu le sifflet moi.»

Pour l'entraîneuse américaine Katey Stone, il n'y a aucun doute que le but n'aurait pas dû être accordé.

Agosta a doublé l'avance des siennes, au terme d'une échappée à 15:05. Mais les Américaines n'avaient pas dit leur dernier mot. Schleper a réduit l'écart, Labonté ne maîtrisant pas son lancer élevé.

Le Canada a eu chaud à la fin en infériorité numérique, ayant écopé une pénalité pour avoir eu trop de joueuses sur la glace avec 30 secondes à jouer.

«C'est une défaite qui fait mal, a argué l'attaquante Amanda Kessel, soeur de Phil Kessel des Maple Leafs de Toronto. Tous les matchs sont importants. Elles ne nous ont pas vues à notre mieux.»

Les Canadiennes, triple championnes olympiques en titre, disputeront leur match de demi-finale que lundi prochain. Les joueuses seront de retour à l'entraînement, vendredi, après une journée de congé.

«Je leur ai dis que je ne voulais pas les voir, ni leur parler, et je ne veux même pas qu'elles se tiennent ensemble», a conclu Dineen.

PLUS:pc