NOUVELLES

Les ambulanciers de Montréal et de Laval veulent plus de ressources

12/02/2014 07:19 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

Des ambulanciers de Montréal et de Laval dénoncent le manque « flagrant » de ressources, notamment le manque de véhicules disponibles. Ils ont manifesté mercredi matin aux abords de certains ponts et stations métro.

Selon le Syndicat du préhospitalier, affilié à la CSN, cette situation fait en sorte que les ambulanciers sont incapables de répondre, dans les temps médicalement requis, à plus de la moitié des appels reçus.

Le président du Syndicat, Réjean Leclerc, reproche à la direction d'Urgences Santé de faire la sourde oreille en dépit de la dégradation de la situation. Il n'écarte pas un durcissement des moyens de pression durant les semaines à venir.

Avec cette mobilisation, les ambulanciers veulent mettre de la pression sur Urgences-santé et sur le ministère de la Santé et s'engagent à intensifier les moyens de pression si le problème perdure.

Le Syndicat du préhospitalier reproche notamment à Urgences-santé de recruter davantage de cadres, plutôt que de mettre de l'argent dans l'ajout de ressources.

« En mai 2013, la direction générale d'Urgences-santé a confirmé devant la Commission de l'administration publique avoir embauché 12 cadres supplémentaires en 2011-2012, passant de 80 en 2010-2011 à 92 cadres. Or, en mai 2013, les paramédics demandaient expressément à Urgences-santé un ajout de ressources sur les routes pour pallier déjà le manque d'ambulances. Depuis, la corporation fait toujours la sourde oreille en arguant ne pas avoir les moyens financiers pour améliorer les services à la population », lit-on dans le communiqué du syndicat.

Pour sa part, la direction d'Urgences-santé reconnaît que des appels moins urgents peuvent être traîtés dans des délais plus longs, mais elle s'étonne des moyens de visibilité du syndicat alors que la convention collective des paramédics est en vigueur.

PLUS:rc