NOUVELLES

Le général égyptien el-Sissi se rend en visite à Moscou

12/02/2014 10:32 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Le chef de l'armée égyptienne, le feld-général Abdel-Fattah el-Sissi, a choisi la Russie comme destination de son premier voyage à l'étranger depuis qu'il a évincé du pouvoir le président islamiste Mohammed Morsi.

Certaines informations permettent de croire que l'Égypte et la Russie sont sur le point de conclure une transaction militaire d'environ 2 milliards $ US, avec la participation financière de quelques pays du Golfe.

Cette visite rehausse aussi la visibilité internationale du général el-Sissi, qui briguera fort probablement la présidence égyptienne lors des élections de l'an prochain. L'armée égyptienne a diffusé une photo du général portant des vêtements civils au moment où il prenait l'avion à destination de Moscou.

La visite survient au moment où les relations entre l'Égypte et les États-Unis ont été mises à mal par le départ du président Morsi. Washington a suspendu une aide de 1,5 milliard $ US, dont profitait surtout l'armée égyptienne, pour témoigner de son mécontentement.

Un porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, Badr Abdelatty, a souligné que la visite à Moscou ne se fait pas «contre qui que ce soit, mais vise à diversifier (nos) partenaires».

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov, et le ministre de la Défense Sergeï Shogiu ont touis deux visité Le Caire il y a trois mois.

Le quotidien Al-Ahram, qui est contrôlé par le pouvoir, affirme que le général el-Sissi conclura une entente d'armements de 2 milliards $ US financée principalement par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Le général égyptien à la retraite Hossam Sweilam, qui jouit toujours de contacts étroits au sein de l'armée, affirme lui aussi que l'entente sera finalisée à Moscou.

En novembre, l'agence russe Interfax avait indiqué que l'Égypte s'était montrée intéressée à acheter un système russe de défense antiaérienne, des chasseurs MiG-29, des hélicoptères de combat et d'autres armes.

L'entente, si elle se concrétise, démontrera aussi à quel point les pays du Golfe se rangent derrière le général el-Sissi face au mouvement des Frères musulmans. Ces pays avaient promis une aide de plus de 12 milliards $ US au gouvernement intérimaire.

Un expert émirien, Moustafa al-Ani, a expliqué que l'entente et l'aide fournie par le Golfe visent à protéger l'Égypte et son gouvernement intérimaire des pressions américaines.

«Qu'el-Sissi ou un autre soient élus président, le Golfe n'abandonnera pas l'Égypte au milieu de la route et il la protégera des pressions américaines et de toute autre pression de pays comme la Turquie ou d'autres pays arabes», a-t-il dit.

PLUS:pc