NOUVELLES

L'armée de l'air syrienne frappe les rebelles près de la frontière libanaise

12/02/2014 11:26 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

BEYROUTH - L'armée de l'air syrienne a pilonné une ville contrôlée par les rebelles près de la frontière avec le Liban mercredi, ont révélé des militants, pendant que les leaders de l'opposition présents à Genève demandaient à la Russie de faire pression sur le régime syrien pour empêcher l'effondrement des pourparlers de paix.

Un deuxième tour de négociations a débuté lundi à Genève mais s'est rapidement enlisé quand les deux camps se sont échangés des reproches et des accusations, sans parvenir à s'entendre sur un agenda commun.

L'ONU a indiqué qu'une rencontre entre des représentants russes et américains, qui appuient le processus de paix, et le médiateur Lakhdar Brahimi aura lieu à Genève jeudi, une journée plus tôt que prévu.

Les discussions sont accompagnées d'une recrudescence de la violence sur le terrain. L'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, fait état d'au moins 4959 morts au cours des trois semaines qui se sont écoulées depuis le 22 janvier, quand le premier tour de pourparlers a débuté à Genève.

L'organisation affirme qu'il s'agit du pire bilan depuis que le soulèvement contre le régime de Bachar el-Assad a débuté en mars 2011. L'observatoire a demandé, par voie de communiqué, une suspension des négociations de Genève si elles ne mènent pas à une fin immédiate de toutes les opérations militaires.

L'armée syrienne a pilonné mercredi la ville de Yabroud, le dernier bastion rebelle dans la région montagneuse de Qalamoun. Des militants font état de combats féroces entre soldats et insurgés. L'observatoire recensait 10 frappes aériennes dans la seule journée de mercredi.

À Genève, l'opposition a demandé à la Russie, un des principaux alliés du régime Assad, d'adopter une position plus musclée face au gouvernement syrien. Le ministre russe adjoint des Affaires étrangères, Gennadi Gatilov, a rencontré M. Brahimi mercredi matin, avant que M. Brahimi ne réunisse les deux camps pour une nouvelle session stérile.

«J'espère que les Russes exerceront assez de pression sur la délégation du régime pour qu'elle soit flexible», a dit un des négociateurs de l'opposition, Anas al-Abdeh. Un autre porte-parole, Louay Safi, a demandé à la Russie de «respecter le peuple syrien».

Une rencontre tripartite entre M. Gatilov, M. Brahimi et la sous-secrétaire d'État américaine pour les affaires politiques Wendy Sherman doit avoir lieu jeudi pour discuter de l'impasse.

En Syrie, d'autres civils devraient être en mesure d'évacuer la ville assiégée de Homs avant que la trêve prolongée ne prenne fin à minuit, mercredi, selon ce qu'a indiqué le Croissant-Rouge syrien.

PLUS:pc