NOUVELLES

La météo influence le risque d'AVC, disent des chercheurs américains

12/02/2014 01:14 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

SAN DIEGO - La météo semble avoir un impact sur le risque d'être frappé par un accident vasculaire cérébral (AVC), affirment des chercheurs américains qui ont analysé aussi bien les fluctuations météorologiques que les dossiers médicaux de millions de personnes.

Du temps froid, un taux d'humidité élevé et de grands écarts quotidiens semblent envoyer plus de gens à l'hôpital. Par contre, le risque reculait d'environ 3 pour cent pour chaque hausse de 5 degrés Farenheit (moins de 2 degrés Celsius) du mercure.

Les chercheurs des universités Harvard, Yale et Duke ont présenté leurs conclusions mercredi lors d'un congrès de l'Association américaine du coeur, à San Diego. Il s'agit de la plus importante étude jamais réalisée sur le sujet.

Les experts ont expliqué que les vaisseaux sanguins se contractent par temps froid, ce qui peut faire augmenter la pression artérielle.

Des fluctuations extrêmes peuvent stresser l'organisme et provoquer l'émission de substances qui accélèrent le rythme cardiaque et rendent le sang plus visqueux, augmentant le risque de caillots.

Un taux d'humidité élevé accroît quant à lui le risque de déshydratation, qui augmente également le risque de voir un caillot se former.

Les experts recommandent, lors d'événements météorologiques extrêmes, de surveiller encore plus attentivement son alimentation, surtout en ce qui concerne l'apport en sel, et de s'assurer d'être bien hydraté. Ceux qui souffrent déjà de problèmes cardiaques devraient demeurer au frais en été et au chaud en hiver, de manière à être moins affectés par la température extérieure.

PLUS:pc