NOUVELLES

Karzaï et Sharif à Ankara pour discuter de la paix en Afghanistan

12/02/2014 01:25 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

Le président afghan et le Premier ministre pakistanais se sont retrouvés mercredi soir à Ankara pour leur sommet annuel avec le président turc, sur fond de tensions entre ces deux pays voisins et de difficultés concernant le futur accord de sécurité entre Kaboul et Washington.

Instituée en 2007, cette rencontre trilatérale a débuté par un dîner offert par le chef de l'Etat turc Abdullah Gül à l'Afghan Hamid Karzaï et au Pakistanais Nawaz Sharif, avant la réunion de travail proprement dite jeudi, qui sera conclue par une conférence de presse.

Selon un responsable pakistanais interrogé par l'AFP, ces entretiens doivent essentiellement porter sur les moyens de parvenir à la paix et à la réconciliation en Afghanistan.

Depuis des années, les relations entre Kaboul et Islamabad sont tendues, le président Karzaï accusant régulièrement le Pakistan d'abriter sur son territoire les combattants talibans qui ont déclenché l'insurrection contre son régime.

Le mois dernier, le chef de l'Etat afghan a ainsi accusé l'agence de renseignement pakistanaise d'avoir été à l'origine de l'attentat qui a visé le 17 janvier un restaurant libanais de la capitale et fait 21 morts dont 13 étrangers.

Les insurgés talibans ont revendiqué cette attaque-suicide, la plus meurtrière ayant visé des civils étrangers depuis la chute du régime taliban en 2001.

Des responsables militaires et des services de renseignement des deux pays devaient également se rencontrer à Ankara.

M. Karzai, qui doit quitter ses fonctions à l'issue de l'élection présidentielle prévue pour le 5 avril, presse le Pakistan de favoriser des négociations de paix entre le régime afghan et les talibans. Il exige des progrès sur ce plan avant de signer un accord de sécurité avec les Etats-Unis, qui prévoit le maintien de 10.000 soldats américaines au-delà de 2014.

Cet accord est considéré comme vital pour la stabilité de l'Afghanistan après le départ des dernières troupes de l'Otan, programmé pour le 31 décembre 2014.

bur-fo/pa/bds

PLUS:hp