NOUVELLES

JO-2014/Artistique - Toute une Histoire pour Chan, Hanyu ou Plushenko

12/02/2014 06:37 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

Que ce soit le Canadien Chan, le Japonais Hanyu ou le Russe Plushenko, tous veulent entrer dans la légende en accomplissant dès jeudi un dessein unique dans la plus palpitante des épreuves de patinage artistique des jeux Olympiques de Sotchi.

Le titre sera l'affaire du triple champion du monde en titre, le Canadien Patrick Chan, qui devra conjurer le mauvais sort et surpasser la jeune merveille japonaise, Yuzuru Hanyu.

Quelque soit le vainqueur vendredi, il écrira une page d'Histoire puisque ni le Canada ni le Japon n'ont jamais eu de champion olympique messieurs.

Le bronze reste en revanche ouvert et ils seront quelques uns à tout donner pour la soirée de leur vie. Et notamment la star du pays, le double champion olympique Evgueni Plushenko, qui, s'il est sur le podium, deviendra le patineur le plus médaillé aux JO de tous les temps.

L'Espagnol Javier Fernandez, unique avec ses 4 quadruples sauts, ou le Kazakh Dennis Ten, à l'élégance rare alliée à une grande technicité, rêvent aussi d'une médaille inédite pour leur pays respectif.

Dès jeudi, tous donneront la tendance avec le programme court pour un podium qui sera établi vendredi après le programme libre.

Plushenko jouera à domicile. Les faveurs du public porteront le patineur de 31 ans, mais les juges devraient en principe rester insensibles à la folle ferveur de la salle.

Il parait impossible que le triple champion du monde ne coiffe les lauriers, mais ce n'est pas ce dont il a besoin. Une médaille de bronze lui suffit amplement pour devenir le patineur le plus médaillé des jeux Olympiques avec 5 breloques.

Il a démontré qu'il en avait la capacité lors des programmes court et libre de l'épreuve par équipes, qui lui a apporté sa 2e médaille d'or olympique. La seule inconnue reste ses douleurs récurrentes au dos.

- La malédiction canadienne -

Pour Chan, tout va bien physiquement. Il est arrivé avec le statut de favori à Sotchi après avoir enchaîné trois titres mondiaux. Vice-champion olympique de la nouvelle épreuve par équipes la semaine dernière, il a toutefois montré des signes de fébrilité.

Le Canadien de 23 ans, 5e des JO-2010 à la maison, est soumis à forte pression et doit vaincre le signe indien. Ses compatriotes Elvis Sotjko (2e en 1994 et 1998) et Brian Orser (2e en 1984 et 1988) ont échoué avant lui.

Le Canada semble frappé d'une malédiction et c'est peut-être bien avec Hanyu que Brian Orser a trouvé la solution. Le Canadien est l'entraîneur depuis presque deux ans du Japonais de 19 ans.

Le prodige entend emboîter le pas à son aîné Daisuke Takahashi, en lice à Sotchi, devenu à Vancouver le premier Nippon sur un podium messieurs de patinage artistique.

Hanyu semble en mesure de faire nettement mieux tant il est surprenant, habile et esthétique. Et c'est bien ce que redoute Chan, qui risque de flancher sous la pression de la rivalité.

Pour Orser, le point fort de Hanyu est le mental.

Orser est aussi le mentor de Fernandez, qui a fait fi du passé pour vaincre ses démons et surmonter ses faiblesses mentales. Double champion d'Europe en titre et médaillé de bronze aux Mondiaux-2013, il compte continuer à écrire les pages de l'Histoire de l'Espagne avec un podium aux JO.

sc/jr

PLUS:hp