NOUVELLES

JO-2014 - Le paradis pour Frenzel, le calvaire pour Lamy Chappuis

12/02/2014 10:13 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

L'Allemand Eric Frenzel a conquis de main de maître son premier titre olympique en confirmant sa domination sur le combiné nordique dans l'épreuve du petit tremplin, où le Français Jason Lamy Chappuis a vécu un calvaire, mercredi aux jeux Olympiques de Sotchi.

C'était un jour à ne pas mettre un skieur dehors, à enlever la combinaison et à lézarder au soleil. La chaleur qui a plongé le site du RusSki Gorki où se déroulait l'épreuve dans la torpeur n'a pas endormi Frenzel, porté par la confiance qui l'habite depuis le début de saison.

L'Allemand a logiquement concrétisé un hiver étincelant.

Vainqueur de 7 des 11 compétitions depuis le début de saison, le champion du monde 2013 sur grand tremplin, et 2011 sur petit, a contrôlé le Japonais Akito Watabe dans les dernières courbes pour s'offrir son premier titre olympique, à 25 ans.

"C'était un grand rêve que d'avoir cette médaille. Je doutais un peu parce que le circuit était très sélectif. Je remercie tous ceux qui m'ont aidé à atteindre ce résultat, c'est le plus grand moment de ma carrière. Je suis heureux mais dans le même temps, je ne réalise pas", a-t-il confié.

Frenzel et Watabe, qui s'élançait six secondes seulement derrière l'Allemand, ont effectué toute la course ensemble, dans un mano à mano dicté par l'obligation de maintenir à distance un groupe de poursuivants où figuraient d'excellents fondeurs.

'Travailler ensemble'

"Après le saut, j'ai discuté avec Akito Watabe, et nous avons décidé de travailler ensemble", a reconnu le nouveau champion olympique.

Derrière, les Norvégiens ont tout tenté pour ramener au pays un titre en combiné nordique qui leur échappe tout de même depuis 1998.

Travailleur et intelligent tactiquement, Magnus Krog a réussi à sauver l'honneur de ce pays majeur du combiné, complétant le podium à 8.1 sec du vainqueur.

Totalement vaincu, le Français Jason Lamy Chappuis tenant du titre, a lui sombré, terminant à la 35e place à plus de deux minutes.

Le porte-drapeau de la délégation française était pourtant en embuscade après le saut, 8e à 31 secondes de Frenzel.

Mais un mauvais choix de matériel a eu raison de ses espérances, lui l'habituel homme des grands rendez-vous, spécialiste des remontées fantastiques.

La neige du parcours de fond, mélange de bouillie sale, a surpris le clan français, qui n'a pu s'adapter aux conditions climatiques printanières.

"Ce fut un calvaire pour finir ces dix bornes", a commenté Lamy Chappuis, calme et digne dans la défaite.

Pour les déçus comme les heureux, il reste désormais à gérer au mieux la longue semaine d'attente à venir, puisque l'épreuve sur grand tremplin est programmée le 18 février.

fbr/el

PLUS:hp