NOUVELLES

Hongrie: la politique de Viktor Orban nuit à la liberté de la presse (RSF)

12/02/2014 12:18 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

La Hongrie a perdu sept places au classement mondial de la liberté de la presse en 2013, a annoncé l'ONG Reporters sans frontières (RSF) dans son rapport annuel présenté mercredi, ce qui la place au 64e rang sur 180 pays.

La chute sur plusieurs années est encore plus frappante: en 2010, l'année où le Premier ministre Viktor Orban est arrivé au pouvoir, la Hongrie pointait au 23e rang mondial. Le pays est ensuite passé à la 40e place en 2011, et à la 56e en 2012.

"En Hongrie, le gouvernement de Viktor Orban donne l'impression d'avoir perdu les valeurs démocratiques de l'Union européenne et enchaîne les réformes liberticides", a indiqué RSF dans son rapport.

"Accéléré par les effets de la crise économique et les poussées de fièvre populistes, l'éparpillement des pays de l'Union européenne dans le classement se poursuit. C'est notamment le cas de la Grèce (99e, -14) et de la Hongrie (64e, -7)", a relevé Reporters sans frontières.

Grâce au système électoral qui favorise nettement le vainqueur, les 52% obtenus aux urnes en 2010 par le parti Fidesz de Viktor Orban lui ont assuré une majorité des deux tiers au parlement.

Depuis, il a fait passer de nombreuses réformes jugées liberticides par ses détracteurs, notamment dans le domaine des médias, de la justice et des droits fondamentaux, sans oublier une nouvelle Constitution adoptée début 2012. L'Union européenne a rappelé la Hongrie à l'ordre à plusieurs reprises.

RSF cite notamment dans son rapport la mise en place du Conseil des médias, qu'il estime être "une dangereuse autorité de régulation des médias", permettant "une ingérence politique dans les contenus d'information".

Les prochaines élections législatives en Hongrie se tiendront le 6 avril. Selon les sondages les plus récents, le parti du Premier ministre possède une longueur d'avance de près de 20% sur l'opposition.

mg/sgl/ai

PLUS:hp