NOUVELLES

Enlèvement d'un militant anti-drone au Pakistan : la justice désigne les autorités

12/02/2014 02:44 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Un tribunal pakistanais a ordonné mercredi au gouvernement de présenter devant la justice un militant anti-drone enlevé la semaine dernière à son domicile par des agents présumés des services de renseignement avant un voyage en Europe, a indiqué son avocat.

Karim Khan, dont le fils et le frère ont été tués par un drone américain en décembre 2009, fut le tout premier Pakistanais à porter plainte pour meurtre dans le cadre des bombardements de Washington dans le nord-ouest du pays.

Il a été interpellé par une quinzaine d'hommes vêtus en civil ou portant un uniforme de police à son domicile de Rawalpindi, ville voisine de la capitale Islamabad, dans la nuit du 4 au 5 février dernier, quelques jours seulement avant son départ pour l'Europe où il devait s'entretenir avec des parlementaires sur les drones, selon son avocat et sa famille.

Un tribunal de Rawalpindi a "ordonné aux services de renseignement, via le gouvernement, de présenter Karim Khan devant la justice le 20 février prochain ou de donner par écrit les raisons de son arrestation", a déclaré à l'AFP son avocat Shahzad Akbar.

"Nous savons comment les services de renseignement fonctionnent dans ce pays, ils ne sont comptables devant personne, je ne suis donc pas très optimiste" pour la suite des événements, a-t-il ajouté.

L'organisation Amnesty International a demandé aux autorités pakistanaises de révéler "immédiatement" où se trouve M. Khan, dont la détention soulève de "sérieux doutes" sur la persistence d'une complicité du pays avec le programme américain de drones.

Les frappes de drones contre les rebelles talibans et leurs alliés d'Al-Qaïda sont officiellement critiqués par les autorités pakistanaises mais des témoignages et des documents récemment rendus publics ont attesté de la complicité passé d'Islamabad avec les États-Unis dans ce programme controversé.

Depuis 2008, au moins 2.155 personnes ont été tuées par des drones américains dans les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, principal bastion des talibans et d'Al-Qaïda dans la région, selon un décompte de l'AFP.

ga-gl/ros

PLUS:hp