NOUVELLES

Demande d'augmentation de troupes françaises en RCA: Paris renvoie à l'UE et l'ONU

12/02/2014 12:56 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

La France, à qui le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a demandé "d'envisager de déployer des troupes supplémentaires en Centrafrique", a renvoyé mercredi à la future mission européenne Eufor-RCA et une éventuelle opération de maintien de la paix de l'ONU.

M. Ban a fait cette demande à la France, qui intervient avec 1.600 soldats en Centrafrique, car la situation se détériore chaque jour dans ce pays où les miliciens anti-balaka multiplient les exactions contre les civils musulmans, qui fuient en masse vers le Tchad et le Cameroun

"Les autorités françaises se sont exprimées sur le volume des troupes déployées", s'est borné à répondre mercredi le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Romain Nadal, en référence à la position officielle de Paris de ne pas engager de renforts.

"La mission européenne Eufor-RCA (République centrafricaine) doit fournir une contribution importante (...) Les discussions avec nos partenaires sur le volume de la force européenne (censée se déployer début mars) sont actuellement en cours", a-t-il dit.

"La France souhaite qu'une opération de maintien de la paix sous casque bleu puisse prendre le relais le plus rapidement possible", a-t-il ajouté.

Le principe d'une mission européenne d'environ 500 hommes pour sécuriser l'aéroport de Bangui et appuyer les forces françaises et africaines a été acquis le mois dernier, mais les principaux pays européens, comme l'Allemagne et le Royaume-Uni, ont déjà annoncé qu'ils n'enverraient pas de soldats.

Les objectifs devraient être remplis grâce à la participation de pays hors UE, en particulier de la Géorgie qui pourrait déployer plus de 100 soldats.

L'Estonie a déjà annoncé qu'elle était prête à envoyer jusqu'à 55 hommes, aux côtés des Français qui joueront un rôle de premier plan en étant la "nation-cadre" de l'opération. Paris n'a pas précisé le volume de son contingent dans cette mission européenne.

La France compte aussi sur le déploiement d'une opération de maintien de la paix (OMP) de l'ONU à la mi-2014 et a déjà engagé des discussions avec ses partenaires occidentaux et africains dans le but d'adopter rapidement une résolution en ce sens.

Mais "il y a beaucoup de travail à faire", concède une source diplomatique, soulignant les réticences de plusieurs pays: les Américains, essentiellement pour des raisons budgétaires, et certains pays africains comme le Tchad ou le Congo-Brazzaville, très impliqués dans le dossier centrafricain. Ces deux pays disposent de forts contingents au sein de la Misca, la force africaine déployée en Centrafrique, qui compte près de 5.400 hommes.

cf/prh/jpc

PLUS:hp