NOUVELLES

Commission Charbonneau: l'ancien leader syndical de l'International a extorqué 1,2 million $ à Ganotec

12/02/2014 02:07 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT
PC

L'entreprise Ganotec a versé environ 1,2 million de dollars entre 2000 et 2006 à Gérard Cyr, alors président du CPQMC-International et patron du local 144, selon le témoignage de son PDG Serge Larouche.

Un texte de Bernard Leduc et François Messier

Relire notre blogue en direct

Après avoir expliqué que Ganotec lui avait versé une première fois 40 000 $ en 1997 en lien avec un chantier, Serge Larouche a expliqué que celui qui était alors son patron, Léopold Gagnon, avait été contraint de lui donner 0,5 % des revenus tirés des contrats avec les raffineries Shell et Petro-Canada à partir de l'été 2000. M. Cyr avait d'abord exigé 1 % quelques mois plus tôt.

Ces paiements, qui a terme totaliseront 1,2 million de dollars, ont commencé quelques mois après que Ganotec a engagé Eugène Arsenault, sur la recommandation de Gérard Cyr. Selon M. Larouche, ce dernier aurait d'ailleurs justifié le versement de ces commissions en faisant valoir que l'homme qu'il leur avait amené, grâce à son expertise, leur apportait beaucoup de contrats avec les raffineries de la région de Montréal.

Selon M. Larouche, M. Arsenault ne savait pas avant 2004 ou 2005 que de telles sommes étaient versées au syndicaliste. Il n'a cependant pas paru surpris lorsqu'il le lui a appris, a-t-il précisé.

C'est cependant ce dernier qui l'a dirigé vers Louis-Pierre Lafortune de Fortier Transfert, vers 2001-2002, après lui avoir confié, sans plus de détails, que Ganotec avait besoin d'importantes sommes en argent liquide

M. Lafortune lui a alors fourni des services de fausse facturation par l'entremise d'entreprises comme Constructions Riche-Lieu et Gestions A.J., contrôlées par Normand Dubois, un homme qui était au coeur d'un système de fausse facturation.

M. Larouche a expliqué que M. Lafortune, qui se prenait une commission de 10 % sur l'opération, était assez efficace pour lui trouver l'argent liquide nécessaire.

Les pots-de-vin de Gérard Cyr étaient versés par Léopold Gagnon, patron de Ganotech à l'époque, lors de rencontres en tête à tête, après avoir transité par un coffret de sûreté de la Banque Nationale,

M. Larouche a expliqué que les paiements à Gérard Cyr ont cessé lorsque Ganotec a été acheté par Kiewit, en 2007.

Manoeuvres désespérées de Larouche pour contrer Cyr

M. Larouche a expliqué qu'en mars 2007, dans les jours précédant la présentation de l'offre de Kiewit aux actionnaires, M. Cyr a tenté de convaincre certains d'entre eux de s'y opposer au profit d'une autre, déposée par M. Léopold Gagnon. Les actionnaires ont cependant penché en faveur de la vente à Kiewit, une nouvelle qui est rapidement rapportée aux travailleurs de l'entreprise.

Peu après, les travailleurs du local 144 sur un chantier de Ganotec se sont mis en arrêt de travail. M. Larouche a alors rencontré M. Cyr pour débloquer la situation : ce dernier lui souligne qu'ils ne peuvent vendre sans l'accord de M.Gagnon qui détient une clause de blocage. Il s'avère qu'à l'époque le fils de ce dernier démarrait une entreprise concurrente avec des anciens de Ganotec.

Des actionnaires de Ganotec ont alors mis de côté 400 000 $, à son initiative, au cas où ils auraient besoin de donner de l'argent à Gérard « pour pas avoir de trouble » . L'argent ne sera pas remis.

M. Larouche a cependant personnellement versé 10 000 $ à M. Cyr le 4 avril « pour gagner du temps » en attendant que la vente soit finalisée, puis 20 000 $ en décembre 2007, afin qu'il cesse de nuire à Ganotec-Kiewit.

Ce dernier dénigrait alors l'entreprise auprès d'Ultramar et de Suncor. M. Larouche a aussi constaté que vers cette même période, les travailleurs du local 144 étaient soudain moins disponibles pour faire des heures supplémentaires.

Kiewit avait entre temps été mis au courant, en juin 2007, lors de la transaction, que des paiements avait été faits à Gérard Cyr, comme en fait foi une lettre déposée devant la commission. La lettre précise aussi qu'aucun autre paiement ne sera fait à ce dernier.

Puis, coup de théâtre, en mars 2008, M. Cyr est venu remettre à Serge Larouche le 30 000 $ qu'il lui avait remis en 2007, une façon, estime-t-il, de tenter de se blanchir.

« M. Cyr m'a dit: "on m'a conseillé de te faire passer", une menace indirecte. Pis d'ailleurs c'est la seule fois que Gérard a fait une menace indirecte si on veut. Je l'ai pris comme une menace indirecte aussi. »

Les doigts dans l'engrenage

M. Larouche a soutenu à la commission Charbonneau que Gérard Cyr s'est vu offrir un premier 40 000 $ dans le cadre d'un contrat d'environ 20 millions de dollars qui avait été accordé à Ganotec et Arno électrique par Karbomont, dans l'est de Montréal, en 1997, afin de s'assurer que le syndicat lui fournisse des travailleurs compétents sur un chantier.

Celui qui était à l'époque directeur général de Ganotec soutient que l'argent a été remis par Léopold Gagnon à celui qui cumulait les fonction de président du CPQMC-International et de gérant d'affaires du local 144.

M. Larouche se souvient d'avoir informé Arno Électrique de cette situation lors du bilan de la co-entreprise.

Il a expliqué à la commission avoir versé l'argent pour éviter que le local 144 ne lui envoie des « fonds de baril », l'expression utilisée dans le milieu de la construction pour désigner des employés peu compétents envoyés, au terme d'une demande de main-d'œuvre.

Il avait expliqué précédemment que Ganotec avait vécu cette situation sur un chantier « difficile » mené quelques années plus tôt à Lebel-Sur-Quévillon.

« Peut être que j'ai vu ça comme une assurance pour pas se faire frapper après les évènements de Lebel-Sur-Quévillon, ou une police, une protection, un peu comme ça se passe dans 90 % des bars au Québec », a-t-il expliqué à la commission.

M. Larouche avait précédemment raconté que lors d'un contrat accordé à Ganotec par Gaz Métro à Val-d'Or, un responsable de Ganotec, Jean Verbille, lui avait déjà raconté qu'un autre actionnaire de Ganotec, Louis Gagnon, avait donné « un cadeau de Noël monétaire à Gérard Cyr pour stimuler les troupes sur le chantier de gaz naturel. »

Gaz Métro avait alors demandé à ce que le chantier soit terminé pour décembre 1994 et Ganotec voulait s'assurer que cette date butoir soit respectée. L'affaire semble avoir fonctionné à merveille. Il a alors compris que c'était « efficace de fonctionner de cette façon-là avec Gérard ».

Selon Serge Larouche, le local 144 était en fait si puissant qu'il pouvait même se mêler de l'embauche des contremaîtres généraux, qui doivent être embauchés dès que le chantier comprend trois contremaîtres.

« On aimerait ça pouvoir choisir les contremaîtres, certains qu'on connaît, mais ils nous sont imposés », a laissé tomber le témoin.

Serge Larouche reconnaît que Ganotec aurait pu ne pas céder au chantage de certains délégués syndicaux, puisque les entrepreneurs ne sont pas obligés de passé par eux pour avoir accès à la main d'œuvre.

En théorie, les syndicats ne devraient faire que de la référence syndicale, mais dans les faits « c'est fortement conseillé de travailler avec eux ».

Seul contre Cyr

Serge Larouche a expliqué à la commission qu'il a régulièrement prévenu les autorités de la façon de fonctionner de M. Cyr, mais sans trop de résultats. « C'était difficile de trouver de l'aide », a-t-il laissé tomber.

« Je me souviens une fois que j'ai parlé à un ministre du Travail [...] en 2005, et je n'étais pas le seul entrepreneur présent. C'était à Trois-Rivières dans un hôtel un samedi matin. Et la réponse du ministre, c'était - on parlait de Gérard du 144 - c'était « on ne peut pas toucher à ça », a relaté le PDG de Ganotec. Il s'agissait du ministre Laurent Lessard.

M. Larouche dit avoir également interpellé le ministre du Travail David Whissel en 2008. Il lui a expliqué qu'il peinait à convaincre les syndiqués du local 144 de faire du temps supplémentaire lors d'un arrêt de production à la raffinerie Ultramar de Saint-Romuald, ce qu'il considérait comme un moyen de pression.

« Je sais que David Whissell a pris le temps d'appeler Gérard et lui a dit quelque chose du genre : '' J'aime pas beaucoup entendre ces histoires-là'' ».

Quelques mois plus tard, M. Larouche dit avoir rencontré à Ottawa John Telford, directeur canadien de l'Association internationale dont relève le local 144, la United Association (U. A.)pour lui parler de ses problèmes avec Gérard Cyr.

« John a demandé à Gérard de laisser tranquille Ganotec. J'ai au moins eu cette réaction de U.A. Je les ai trouvés très professionnels », a dit M. Larouche. Il a ensuite déballé son sac devant Louis Chapdelaine de Kiewit, qui lui a dit de ne plus communiquer avec Gérard Cyr.

M. Larouche dit aussi qu'au début de 2008, il a mandaté un avocat, Pierre Pilote, pour qu'il aille voir André Ménard, alors président de la CCQ. « L'ordre que Me Pilote avait était de parler à M. Ménard et de le mettre au courant de la façon de fonctionner de Gérard Cyr au niveau monétaire », a dit le témoin.

Le procureur Lussiaà-Berdou n'a pas demandé ce qu'il était advenu de cette requête.

M. Larouche soutient qu'il aussi parlé à la nouvelle PDG de la CCQ, Diane Lemieux, en 2011, à la demande d'une avocate de Ganotec. « J'ai expliqué à Diane le fonctionnement de la construction, le fonctionnement de Gérard », a-t-il assuré à la commission.

Plus tôt cette semaine, l'enquêteur de la commission Michel Comeau a soutenu que Gérard Cyr était surnommé « le roi » dans le milieu. Il a quitté ses fonctions au CPQMC-I et au local 144 cet automne.

Gérard Cyr n'a jamais été accusé en lien avec les allégations contenues dans le témoignage de Serge Larouche.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref