NOUVELLES

Yémen: manifestations massives en soutien à la transition

11/02/2014 12:50 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Des Yéménites ont manifesté massivement mardi à Sanaa pour exprimer leur soutien à la transition politique dans leur pays, à l'occasion du 3e anniversaire du mouvement de contestation, selon un correspondant de l'AFP.

Défilant sur l'avenue des Sittine dans la capitale, les protestataires, des centaines de milliers selon les organisateurs, ont scandé des slogans favorables à la transition, dont la transformation du Yémen, annoncée lundi, en un Etat fédéral de six provinces.

Les manifestants entendaient apporter leur soutien aux autorités de transition, tout en critiquant la corruption, largement répandue dans les milieux politiques en général, ainsi qu'au sein des puissantes tribus.

"Le peuple veut la fin de la corruption", a chanté la foule, qui manifestait à l'appel d'un groupe de jeunes militants à l'origine du déclenchement de la contestation en 2011 ayant conduit au départ, sous la pression de la rue, de l'ancien président Ali Abdallah Saleh.

S'adressant aux manifestants, la prix Nobel de la Paix et icône du soulèvement Tawakkol Karman a déclaré: "notre révolution se poursuivra contre la corruption et les corrompus".

"Nous ne nous arrêterons que lorsque l'argent du peuple lui sera restitué", a-t-elle ajouté, en référence à l'entourage de M. Saleh, soupçonné d'avoir fait fortune durant les trois décennies de règne de l'ancien président.

Mme Karman a également dénoncé le risque d'une "contre-révolution" dans le pays, sans en désigner les auteurs potentiels.

Pour leur part, des milliers de partisans des rebelles zaïdites chiites d'Ansarullah ont manifesté séparément en milieu de journée à Sanaa.

Ils ont scandé des slogans hostiles au gouvernement, qualifié de "corrompu", et exigé dans un communiqué du président Abd Rabbo Mansour Hadi de former, dans un délai de 10 jours, "un gouvernement de technocrates".

Ailleurs dans le pays, des manifestations de soutien à la transition ont eu lieu dans plusieurs autres villes du Yémen, dont Taëz, Ibb (centre) Hodeida (ouest) et Marib (est), selon des militants.

Le découpage du pays en six provinces --deux dans le sud et quatre dans le nord--, doit être inclus dans la future Constitution qui doit être élaborée d'ici un an puis soumise à un référendum.

tm/vl

PLUS:hp