NOUVELLES

USA: il tire sur un Noir dans la rue et plaide la légitime défense

11/02/2014 03:25 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Un habitant de Floride accusé d'avoir tué un adolescent noir à qui il reprochait d'écouter de la musique trop fort dans sa voiture, a plaidé mardi la légitime défense, comme le meurtrier de Trayvon Martin lors de son procès.

Le procès de Michael Dunn, un homme blanc de 47 ans, rappelle celui de George Zimmerman, acquitté du meurtre de cet adolescent de 17 ans, sur lequel il avait tiré lors d'une altercation en février 2012 alors qu'il effectuait une ronde de surveillance dans son quartier, également en Floride.

L'affaire avait fait grand bruit dans le pays, Barack Obama affirmant même qu'il aurait pu être Trayvon Martin et regrettant la persistance de préjugés racistes aux Etats-Unis.

Mardi, Michael Dunn a expliqué devant un jury qu'il avait demandé à des adolescents noirs de baisser la musique de leur voiture stationnée à une station service et que craignant pour sa vie, il avait ouvert le feu sur le véhicule. "Je me suis dit +Mon Dieu, pourquoi tant d'hostilité?+", a-t-il dit, affirmant avoir vu un des passagers s'emparer de quelque chose ressemblant à un pistolet.

La police n'a trouvé aucune trace d'arme dans la voiture et les trois autres adolescents survivants ont affirmé n'avoir jamais menacé M. Dunn.

L'accusé a insisté sur le fait qu'il "avait été pris de panique" lorsque l'un des jeunes était sorti de la voiture et que c'était pour cette raison qu'il avait dégainé son pistolet de la boîte à gant.

"Je me suis dit, c'est le moment où il vient pour me tuer, pour me battre", a-t-il déclaré. "Il a clairement fait comprendre ses intentions".

Il a affirmé avoir continué à tirer sur la voiture qui s'éloignait car il avait peur pour sa fiancée et pour lui-même. Il a expliqué ensuite être parti de la station service de peur que les adolescents ne reviennent.

Il ignorait avoir tué Jordan Davis jusqu'à ce que, de retour à l'hôtel, il ne découvre la mort du jeune homme par le biais d'une alerte médias sur son téléphone. Il s'est justifié de n'avoir pas contacté immédiatement la police car il voulait d'abord avoir les conseils d'un de ses voisins sur une affaire, qui à ses yeux, ne pouvait être que de la légitime défense.

De retour à l'hôtel, il avait commandé une pizza et une boisson, pour calmer sa fiancée, s'est-il justifié.

Ce procès met de nouveau en lumière la loi particulièrement laxiste en matière d'armes à feu en Floride.

"Quand vous avez le droit de porter une arme partout et que vous perdez votre calme, le risque est qu'une banale altercation se transforme en un homicide", a noté Kristen Rand, partisane d'un contrôle plus strict de la législation des armes à feu et directrice juridique du Violence Policy Center.

"La Floride semble avoir le plus de problèmes en la matière mais ce genre de choses se produit partout dans le pays", a-t-elle encore souligné.

La proportion des ménages américains propriétaires d'armes à feu est tombée à 37%, contre 50% dans les années 1960, selon un sondage Gallup. Un déclin dans les armes de chasse et une urbanisation plus importante ont contribué à ce phénomène.

Cependant, les propriétaires d'armes à feu en possèdent en général plusieurs. Des estimations évaluent le nombre d'armes à feu en circulation aux Etats-Unis entre 270 et 310 millions, pour une population d'environ 315 millions d'habitants.

Les armes à feu tuent 30.000 personnes chaque année aux Etats-Unis, dont 20.000 suicides, et en blessent en moyenne 81.000.

mso/rap-bdx/mdm

PLUS:hp