NOUVELLES

Tunisie: un policier et un jeune homme tués dans des violences

11/02/2014 07:13 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Un policier et un jeune homme ont été tués dans des violences à Jelma dans le centre de la Tunisie, où l'armée s'est déployée devant les institutions et où les écoles étaient fermées mardi, selon des sources médicale et de sécurité.

Lundi soir, la police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser des habitants qui s'étaient rassemblés devant un poste de police pour protester contre l'arrestation de trois personnes pour consommation de cannabis à Jelma, dans le gouvernorat de Sidi Bouzid, ont indiqué des témoins à l'AFP.

Les manifestants en colère ont alors pris d'assaut le bâtiment et y ont mis le feu, permettant la sortie des trois accusés selon les témoins. Un policier et un jeune homme ont été tués, a affirmé une source de sécurité.

Une source médicale a précisé qu'ils avaient succombé à des blessures par balle.

Mardi matin, après une nuit de tensions, un calme précaire régnait à Jelma où l'armée s'est déployée devant des institutions publiques, selon un correspondant de l'AFP. Les habitants en colère ont fermé une route nationale à l'aide de pneus et de pierres, tandis qu'institutions et écoles étaient fermées.

Le gouvernorat de Sidi Bouzid, où le désenchantement et la frustration sont toujours palpables trois ans après la révolution, est situé dans une région particulièrement pauvre et marginalisée sous le régime du président déchu Zine El Abidine Ben Ali. Plusieurs manifestations ont dégénéré ces deux dernières années en affrontements avec la police.

C'est à Sidi Bouzid que s'était immolé le 17 décembre 2010 le marchand ambulant Mohamed Bouazizi, excédé par la misère et les brimades policières, provoquant une révolution qui a fini par provoquer la fuite de Ben Ali le 14 janvier 2011.

str-iba/tp

PLUS:hp