NOUVELLES

Toronto: il n'est pas si facile de changer le nom de lieux connus

11/02/2014 04:42 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

TORONTO - Que ce soit pour recueillir des fonds ou rendre hommage à des personnalités marquantes, changer le nom d'un lieu célèbre de Toronto n'est pas chose aisée.

Il faudra patienter des mois avant que le conseil municipal ne tranche dans la proposition du conseiller Denzil Minnan-Wong de rebaptiser la gare Union du nom de l'ancien premier ministre John A. Macdonald.

Après tout, les Torontois appellent encore aujourd'hui par leur ancien nom des sites connus. Le centre Rogers, par exemple, est encore «le SkyDome» pour plusieurs, même si neuf ans se sont écoulés depuis le changement de nom de l'amphithéâtre du centre-ville.

La directrice du bureau des partenariats de la Ville de Toronto, Phyllis Berck, a souligné que la municipalité devait départager le commercial de ce qui ne l'est pas. «La commandite à des fins purement commerciales ne durera pas éternellement, alors que le fait d'honorer un nom, c'est permanent», a-t-elle souligné.

Le conseil municipal de Toronto a accepté d'évaluer la proposition de M. Minnan-Wong, pour laquelle le public sera consulté, et déposera un rapport en juillet.

«Je crois que les Canadiens ne reconnaissent pas à leur juste valeur les personnalités historiques du pays. Macdonald a participé à la fondation du Canada et à la création du chemin de fer national», a-t-il souligné.

Le conseiller Josh Matlow ne l'entend toutefois pas de la même oreille, rappelant que les changements de noms ne se font pas toujours naturellement. «L'autoroute 401 est déjà rebaptisée (en l'honneur du premier ministre Macdonald) avec le nom de Macdonald-Cartier Freeway, mais ça n'a jamais été repris par les gens», a-t-il fait valoir.

Par ailleurs, lorsque les gens entendent les noms Yonge Street, de Casa Loma ou de High Park, ils pensent tout de suite à Toronto, a ajouté M. Matlow. «Ces noms sont plus qu'une destination: ils représentent Toronto.»

La Ville a toutefois déjà choisi de changer le nom de certains endroits, en échange d'argent sonnant. Le Maple Leaf Gardens a ainsi été rebaptisé «Mattamy Athletic Centre» en 2012, offrant plus du double des installations récréatives et sportives aux étudiants de l'université Ryerson, l'un des cinq commanditaires du célèbre aréna. Leur contribution s'est élevée à quelque 20 millions $ en frais afférents.

Le président-directeur général et fondateur de l'entreprise MoPals.com, Alex Haditaghi, a offert 10 millions $ à la Ville pour que la rue Yonge soit rebaptisée du nom de sa compagnie.

Mais la conseillère Kristyn Wong-Tam a affirmé qu'une telle requête de la part de l'entreprise de plateforme de fidélité n'était pas sérieuse, ajoutant que la situation financière de Toronto n'était pas mauvaise au point de l'inciter à accepter ce genre d'offres.

PLUS:pc