NOUVELLES

Pascal Lacoste s'est battu durant 11 ans contre une armée intraitable

11/02/2014 12:52 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Tout jeune, Pascal Lacoste savait déjà qu'il servirait dans les Forces armées canadiennes. Discipliné à l'entraînement, son profil d'athlète naturel en faisait un solide gaillard et sa volonté de venir en aide aux autres, une personne bienveillante et fiable. Recrue parfaite, à 19 ans, on l'enrôle.

Témoin de scènes pénibles partout où on l'envoie, c'est au Timor oriental, en mission humanitaire où les conditions de vie sont difficiles, qu'il est terrassé par la fièvre dengue, début de ses misères qui persisteront durant des années. Les médecins, ne sachant trop de quoi il souffre, le soupçonnent d'avoir consommé des drogues, des stéroïdes anabolisants, ou d'être bipolaire. Quand il demande de l'aide à l'Armée, on refuse, on le rejette. N'ayant plus rien à perdre, Pascal entreprend une grève de la faim pour être entendu.

Deux femmes qui ont cru en la sincérité de Pascal viendront à son secours: d'abord la docteure June Irwin, une chercheure, qui découvrira que la source de son mal provient de l'uranium appauvri logé dans son sang, vestige d'une de ses missions, et la députée Annick Papillon qui a insisté auprès du ministre des Anciens Combattants afin qu'on vienne en aide au jeune militaire ainsi qu'à tous ses frères d'arme, condition sine qua non au combat de l'ex-caporal. «Cris du cœur 2», le lundi 17 février, 20h, à Canal Vie.

Soldats de Jésus

À l'heure où l'on débat de la pertinence d'une charte visant à abolir tout signe ostentatoire religieux à certains niveaux de la scène publique, «Zone Doc», à Radio-Canada, le vendredi 21 février, 21h, nous présente un mouvement religieux qui a pris forme, il y a une dizaine d'années: «Les Soldats de Jésus».

Les histoires de pédophilie ne cessent d'entacher la religion catholique et certaines personnes, déçues et lasses de cette incessante décadence ont choisi d'adhérer à l'Église évangélique, un mouvement qui prend de plus en plus d'ampleur au Québec où on compte déjà au-delà de 200 000 fidèles. Basée sur des textes bibliques, les «convertis», âgés d'au moins 12 ans, sont baptisés en étant entièrement plongés dans l'eau et leur mission est de répandre les enseignements de Jésus dans le monde.

Chez les «soldats», l'homme est le chef de famille auquel son épouse est soumise. Les relations sexuelles avant le mariage sont interdites, on se dit ouvert à l'ordination des femmes et à l'accueil des immigrés. Par contre, on demeure plus conservateur en ce qui concerne l'avortement et l'homosexualité.

Les infirmières, gardiennes de la vie

L'infirmière tient un rôle primordial dans la vie de tout malade. La série «Les infirmières», mieux qu'un cours didactique, raconte l'histoire et l'évolution du Québec à travers le travail des «garde-malades» depuis le début du siècle dernier. Vocation assumée par les religieuses qui y travaillaient alors sans salaire, le domaine médical a beaucoup évolué autour des années 1950 et les infirmières qui ont pris la relève ont dû s'adapter à leur rôle toujours aussi indispensable auprès de l'humanité souffrante. À Historia, les lundis 17 et 24 février et 4 mars, 20h.

Ethnée et Philippe de Vienne ne forment pas un couple ordinaire. Chasseurs d'épices, à la recherche de nouvelles saveurs, ils parcourent le monde depuis des années. À «Visite libre», Philippe Lupien a eu l'idée de leur rendre visite. Leur logis avoisine leur entreprise parce que le travail fait partie intégrante de leur style de vie. Situé dans un immeuble art déco des années 1950 du quartier Hochelaga-Maisonneuve, leur résidence est à leur image, non-conventionnelle, colorée qui s'apparente à un sanctuaire de trésors glanés lors de leur passage en Indonésie, au Japon, au Maroc, au Timor, en Chine. À ARTV, le lundi 17 février, 19h.

Les personnes qui s'intéressent aux événements judiciaires se souviendront de Me Sidney Leithman, criminaliste très fréquenté par le monde interlope, qui fut assassiné au printemps 1991, alors qu'il se rendait en cour pour la défense d'un caïd lié à un cartel de drogue colombien. Dans «Le Contrat», on explique qu'assoiffé d'argent, ce bourreau de travail a côtoyé de trop près sa clientèle délinquante et aurait été dépositaire de trop d'informations. À Canal D, le jeudi 20 février, 21h.

À TVA: Cette fois, on peut dire que Martin court après les situations embarrassantes: après avoir rencontré une ex qu'il avait perdue de vue, voilà qu'il devra composer avec sa présence lors d'un souper à la maison. «Les Beaux Malaises», le mercredi 19 février, 21h. À «Juste pour rire - Les obsessions des Québécois», il sera question de sexualité avec Mike Ward, obsédé en la matière, dit-on. Participent également à l'émission Mélanie Couture, Jérémy Demay, Jean-François Mercier, Martin Petit et Sèxe Illégal, le jeudi 20 février, 21h.

À TÉLÉ-QUÉBEC: En rediffusion, «SOS sages-femmes», série de six épisodes qui racontent la nouvelle vie de Jenny Lee, débutant sa carrière de sage-femme dans l'East-End de Londres, en 1957. Elle devra s'adapter à ce nouveau milieu où la misère se présente sous différentes formes comme cette Conchita Warren et ses 25 grossesses, le lundi 17 février, 22h.

À ARTV: En primeur, la 3e saison de «Borgen, une femme au pouvoir» débute le lundi 17 février, 22h. On retrouve Birgitte Nyrborg (Sidse Babett Knudsen) qui, ayant perdu ses élections lors des partielles, prend momentanément ses distances avec la politique. Sachant l'énergie requise pour répondre aux exigences d'une vie politique efficace, elle réfléchit à l'idée de fonder un nouveau parti conforme à sa vision des choses.

À TV5: Michel Fugain, Gérard Lenorman, Marcel Amont, Liane Foly, des chanteurs d'expérience, et ceux de la nouvelle génération Louis Delort, Chimène Badi, Amel Bent, John Mamann et d'autres unissent leurs voix pour saluer des icônes comme Dalida, Michel Berger, Charles Trenet, Joe Dassin, Maurice Chevalier, Gilbert Bécaud, à «Hier encore» animé par Charles Aznavour et Virginie Guilhaume, ce samedi, 20h. Le mardi 18 février, 21h, les caméras de «Crimes d'amour à Kaboul» rencontrent des prisonnières coupables d'être tombées amoureuses. On les envoie donc en prison pour avoir déshonoré leur famille. On s'intéresse à trois d'entre elles en attente de jugement.

À HISTORIA: En cinq épisodes, quatre experts veulent prouver que le suaire de Turin, sur lequel est imprimé le corps de Jésus à la suite de la crucifixion, est absolument authentique à «Trésors décodés», le mercredi 19 février, 20h.

À MUSIMAX: Dans le cadre du iTunes Festival 2013, on peut entendre, le vendredi 21 février, Katy Perry à 20h, Lady Gaga à 20h30 et Robin Thicke à 21h interpréter leurs plus grands succès sur la scène du Roundhouse, à Londres.

À CINÉPOP: Dans l'esprit des Jeux olympiques, «La Ligne droite» raconte l'histoire de deux solitudes (Rachida Brakni et Cyril Descours), ayant chacun leur drame à surmonter, qui feront équipe pour réussir une compétition qui leur apportera encore plus que le couronnement de leurs efforts, le mercredi 19 février, 21h.

À SUPER ÉCRAN: Impressionnée par la pièce écrite par l'un de ses ex-étudiants (Michael Angarano), une prof (Julianne Moore) décide de monter sa pièce à l'école mais cette aventure aura des répercussions insoupçonnées sur la vie des protagonistes, ce dimanche, 20h.

PLUS:pc