NOUVELLES

Les coups de tête au soccer inquiètent les experts

11/02/2014 02:32 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Les milliers de coups de tête que donnera (ou recevra) un joueur de soccer pendant sa carrière engendrent des risques inconnus mais pourraient entraîner un déclin cognitif ou une déficience à court ou à moyen terme, prévient une étude réalisée par des chercheurs de l'hôpital torontois St. Michael's.

Plus de 265 millions de personnes jouent au soccer à travers le monde, dont 27 millions en Amérique du Nord.

Les experts s'inquiètent de plus en plus des commotions cérébrales sévères ou répétées subies par les joueurs, ou encore des sous-commotions — des chocs à la tête qui n'entraînent pas l'apparition des symptômes de commotion cérébrale.

Les multiples études analysées par le docteur Tom Schweizer démontrent que les commotions cérébrales représentent entre 5,8 pour cent et 8,6 pour cent des blessures survenues pendant un match de soccer. Près de 63 pour cent des joueurs de niveau universitaire ont déjà subi une commotion mais moins de 20 pour cent d'entre eux en sont au courant. Et 82 pour cent des joueurs ayant subi une commotion cérébrale en ont subi deux ou plus.

Les joueurs d'avant et de défense, qui donnent le plus de coups de tête, sont les plus susceptibles de présenter des problèmes de mémoire, de planification ou de perception. Les joueurs professionnels qui rapportent avoir donné le plus de coups de tête pendant leur carrière sont aussi ceux qui performaient le moins bien lors de tests verbaux, visuels ou d'attention. Une dernière étude a noté que les joueurs de soccer plus âgés présentaient des problèmes de pensée conceptuelle, de temps de réaction et de concentration.

Les conclusions de cette étude sont publiés dans le journal médical Brain Injury.

PLUS:pc