NOUVELLES

Le retrait de l'aide monétaire de la Fed devrait continuer, dit Janet Yellen

11/02/2014 03:24 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

WASHINGTON - La présidente de la Réserve fédérale des États-Unis, Janet Yellen, a tenté mardi de rassurer les investisseurs en affirmant qu'elle adopterait la même approche dans sa politique monétaire que celle privilégiée par son prédécesseur, Ben Bernanke, qui a quitté son poste le mois dernier.

Mme Yellen a indiqué au Congrès américain que si l'économie continuait de s'améliorer, la banque centrale passerait à de «nouvelles étapes mesurées» pour réduire l'appui qu'elle lui fournit par l'entremise d'achats obligataires mensuels.

Dans ses premières déclarations publiques depuis qu'elle a pris la tête de la Fed la semaine dernière, Mme Yellen a indiqué qu'elle s'attendait à une «grande part de continuité» avec son prédécesseur.

Elle a signalé qu'elle était d'accord avec l'analyse de M. Bernanke voulant que l'économie se raffermisse suffisamment pour justifier un retrait des mesures de reprise, mais que les taux d'intérêt devaient rester faibles pour aider une économie qui manque encore d'éclat.

Les remarques de Mme Yellen permettent de croire que la Fed a l'intention de garder son taux d'intérêt directeur à court terme près de zéro pour une période prolongée.

«La reprise du marché du travail est loin d'être complétée», a affirmé Mme Yellen.

Dans ses remarques, la présidente de la Fed a indiqué que son institution surveillait la volatilité des marchés mondiaux mais qu'elle ne croyait pas que la situation représentait un risque sérieux pour les États-Unis pour l'instant.

«Depuis la crise financière et le creux de la récession, des progrès substantiels ont été réalisés pour restaurer la santé de l'économie et raffermir le système financier», a affirmé Mme Yellen dans son témoignage devant le comité des services financiers de la Chambre des représentants du Congrès. «Malgré cela, il reste encore beaucoup à faire.»

Mme Yellen, la première femme à diriger la banque centrale dans ses 100 années d'existence, présentait le rapport semestriel de la Fed à peine une semaine après avoir accédé au poste occupé précédemment par M. Bernanke. Il a démissionné le 31 janvier après huit ans à la présidence de la banque centrale.

Plusieurs économistes croient que les achats d'obligations de la Fed, qui totalisaient 85 milliards $ US par mois en 2013, seront réduits par tranches de 10 milliards $ US cette année, jusqu'à ce qu'ils soient éliminés en décembre. Les achats visent à garder les taux d'intérêt à long terme à de faibles niveaux.

Mme Yellen a indiqué mardi que la Fed ne modifierait pas le rythme de réduction des achats obligataires à moins qu'elle n'observe un «changement notable» dans les perspectives économiques. La banque centrale s'attend à ce que l'économie et le marché de l'emploi continuent de se raffermir en 2014.

PLUS:pc