NOUVELLES

La Roumanie accuse un ancien communiste de crimes contre l'humanité

11/02/2014 01:30 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

BUCAREST, Roumanie - L'ancien commandant d'un camp de travail roumain est accusé de crimes contre l'humanité en lien avec les décès de 115 prisonniers politiques.

Une agence gouvernementale, l'Institut d'enquête sur les crimes du communisme, a présenté mardi aux procureurs un rapport détaillant les crimes qui sont reprochés à Florian Cormos, l'ancien commandant du camp de travail de Cernavoda.

Le patron de l'institut, Andrei Muraru, a indiqué que des preuves claires existent que Cormos a imposé un régime d'extermination dans le but d'éliminer physiquement les opposants au régime et ceux considérés comme étant socialement indésirables.

Sous le commandement de Cormos, entre décembre 1952 et avril 1953, des détenus auraient été électrocutés et piétinés par des chevaux. La plus jeune victime était âgée de 20 ans et la plus vieille de 66 ans. Aucun prisonnier détenu à Cernavoda pendant cette période n'aurait survécu.

M. Muraru a ajouté qu'au moins un détenu mourait chaque jour. Ils succombaient notamment à la faim, à la pneumonie, à la gangrène, à une pénurie de médicaments et à l'eau contaminée puisée dans le Danube. Un prisonnier serait aussi mort de faim.

Cormos nie tout crime. Il a rappelé à l'Associated Press que le régime roumain l'a condamné à trois ans de prison, avant de le transférer vers un autre établissement. M. Muraru explique que l'homme de 87 ans a été jeté en prison parce que ses crimes étaient devenus tellement visibles qu'ils risquaient d'être détectés par l'Occident.

Cormos est le troisième ancien commandant des camps pénitentiaires communistes à être mis en accusation pour des décès ou des mauvais traitements. Un quatrième homme est décédé en novembre, sans avoir été identifié et avant le dépôt d'accusations.

Les historiens affirment que 500 000 prisonniers politiques ont été détenus en Roumanie entre les années 1950 et 1960, et que plus de 100 000 d'entre eux sont morts. Environ 3500 anciens prisonniers de cette époque seraient toujours vivants.

PLUS:pc