NOUVELLES

Grèce: information judiciaire contre des Kurdes turcs pour terrorisme

11/02/2014 12:35 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Une information judiciaire contre les quatre Turcs d'origine kurde arrêtés lundi à Athènes en possession d'armes et d'explosifs a été ouverte mardi notamment pour "constitution d'organisation terroriste", a-t-on appris de source judiciaire.

Les quatre hommes âgés de 25 à 43 ans seront présentés dans la semaine à un juge d'instruction en vue de leur inculpation.

L'information judiciaire a également été ouverte pour "fabrication et fourniture d'explosifs en vue d'une entreprise terroriste", "détention d'arme illégale" et "faux".

Les personnes mises en cause sont soupçonnées d'appartenir au Parti Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C), groupe d'extrême gauche turc, qui a déjà commis des attentats en Turquie, et qui est proche de la cause kurde.

L'ADN de l'homme de 49 ans a été découvert dans l'appartement d'une de ses compatriotes tuée en octobre 2011 par l'explosion accidentelle d'une grenade à Salonique (nord de la Grèce).

Il figure également sur des armes saisies en juillet dernier sur un bateau au large de l'île de Chios dans la mer Égée, selon la police. Deux Grecs et deux Turcs d'origine kurde avaient été arrêtés sur le bateau, soupçonnés d'avoir voulu faire passer cet arsenal en Turquie.

Un fusil d'assaut Kalachnikov, deux mitraillettes, trois armes de poing, deux grenades et plus de six kilos de dynamite-gomme ont été découverts dans l'appartement situé près du centre d'Athènes où la police antiterroriste a arrêté lundi les quatre Turcs.

En mars dernier, le DHKP-C avait revendiqué des attentats à la roquette et à la grenade contre le ministère de la Justice et le Parti de la Justice et du Développement (AKP) au pouvoir.

Le groupe a aussi revendiqué un attentat-suicide à la bombe contre l'ambassade américaine à Ankara, qui a tué un agent de sécurité turc le 1er février 2013.

str-smk/bir

PLUS:hp