NOUVELLES

Gioia Tauro a tout pour plaire et se développer encore (patron du terminal)

11/02/2014 10:00 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Après 20 ans d'existence, le port de transbordement de conteneurs de Gioia Tauro possède des atouts pour se développer encore mais il aurait besoin "d'une attention et d'un soutien" des pouvoirs publics, selon le patron du terminal Medcenter/Contship, Domenico Bagala.

Question: qu'est-ce qui manque à Gioia Tauro pour prendre vraiment son essor ?

Réponse: il manque une attention de la part du gouvernement au soutien de ce port qui de par sa nature, le transbordement de conteneurs d'un navire à l'autre, est une activité volatile qui peut se faire un peu partout en Méditerranée. L'un des problèmes est la taxe d'ancrage que les armateurs payent seulement en Italie et dans aucun port d'Afrique du Nord. Autre facteur pesant sur notre compétitivité: la taxation du carburant utilisé par nos machines (grues, portiques) qui devrait être différente à l'intérieur du port comme l'autorise une directive européenne.

Q: les zones industrielles qui entourent le port sont étonnamment désertes, l'activité semble concentrée uniquement sur le terminal de transbordement avec peu d'effets sur le rétro-port et la région. Qu'avez-vous proposé pour y remédier ?

R: Gioia Tauro est relié directement par voie maritime à 120 ports du monde, c'est une opportunité fantastique pour expédier et réceptionner les marchandises. Il faudrait mettre en place des liaisons ferroviaires et favoriser le transport de marchandises sur rail avec un système de bonus pour les utilisateurs. Pour attirer les investisseurs étrangers, comme le port est périphérique, nous avons proposé la création d'une Zone économique spéciale qui engloberait le terminal. Elle contiendrait des aides, des avantages fiscaux et des mesures pour réduire le coût du travail et rendre cette zone attractive.

Q: Certains journaux italiens décrivent le port de Gioia Tauro comme aux mains de la 'Ndrangheta, la mafia calabraise, et comme la porte d'entrée pour 80% de la cocaine en Europe, que répondez-vous à cela ?

R: Comme Gioia Tauro manipule environ un tiers des conteneurs arrivant en Italie, c'est normal qu'il y ait plus de conteneurs (renfermant de la drogue, ndrl) qui y soient saisis, c'est pareil pour les conteneurs endommagés, tout est proportionnel mais Europol ne confirme absolument pas des chiffres aussi alarmistes. Nous sommes sur un territoire très difficile mais nous avons une série de mesures de sécurité d'avant-garde avec des systèmes à infrarouge, à micro-ondes et des patrouilles internes. Nous avons la police financière et les douanes à l'intérieur du terminal ainsi qu'un poste de police des frontières. Côté fournisseurs, l'autorité portuaire contrôle toutes les entreprises qui travaillent pour nous. Pour les conteneurs, il y a les inspections, le passage sous scanners et le travail de renseignement en collaboration avec les autres ports. Dire que la 'Ndrangheta contrôle le port est une absurdité: Medcenter est une multinationale pour un tiers aux mains d'actionnaires danois, pour un tiers d'Italiens et Suisses et pour un tiers d'Allemands.

Propos recueillis par Françoise Kadri

fka/mle/glr

PLUS:hp