NOUVELLES

Fashion Week: Sophie Theallet s'inspire du Paris de Louis Malle

11/02/2014 10:53 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Peut-être portée par la nostalgie de la France, qu'elle a quittée depuis plus de 10 ans, la créatrice New-yorkaise Sophie Theallet a embarqué mardi la femme de l'automne-hiver 2014 dans le Paris des années 1950 du cinéaste Louis Malle.

D'emblée, par un maquillage charbonneux, des cheveux que l'on dirait tout droit sortis du lit, une ambiance parisienne, Mme Theallet a embrassé sans complexe la référence directe au look de l'actrice Jeanne Moreau, dans le film de M. Malle "L'ascenseur sur l'échafaud".

"Ce film est tellement beau, Jeanne Moreau (y) est tellement sensuelle", explique la créatrice, originaire de Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées) qui dit avoir voulu "transposer ce film" sur les podiums pour la présentation des 29 silhouettes de sa ligne éponyme. Florence, son personnage "est amoureuse et veut partir avec son amant. Elle erre dans Paris, elle dépense son argent et elle s'achète une garde-robe pour aller (vers) une autre vie", raconte celle qui a fait ses armes chez Jean-Paul Gaultier dans les années 1980 puis chez Azzedine Alaïa.

Tour à tour gainée dans de petites jupes étroites au-dessus du genou ou encore des pantalons révélant tout ou presque des formes féminines, puis libérée par de longues robes fluides, fendue d'un côté, la femme Sophie Théallet se veut excentrique, audacieuse et très française.

Un pli très strict par-ici, un cardigan fermé par-là, recouvrant un ensemble sensuel en patchwork de soie, de laine, de cuir et d'imprimés, laissent ensuite la place à de vertigineux décolletés, mieux mis en valeur par la nonchalance de coupes fluides que par des jupes trop serrées.

Les textures sont très riches, surtout lorsque les robes du soir succèdent aux premières silhouettes plus légères du début du défilé, en soie ou en velours dévoré lurex arrivé tout droit des filatures de Lyon, rehaussées par un fushia vibrant, un rouge ou noir profond.

"C'est la façon dont les Françaises s'habillent. On est toujouts un peu +off+ un peu toujours mais on est toujours chics".

ppa/jr

PLUS:hp