NOUVELLES

Des défenseurs des animaux danois approuvent le sort du girafon abattu à Copenhague

11/02/2014 12:41 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Le plus grand groupe de défense des animaux du Danemark a déclaré mardi son soutien à la décision d'un zoo de Copenhague où un girafon en parfaite santé a été tué dimanche et son cadavre servi aux lions devant des enfants.

Le sort du girafon a révolté des milliers d'internautes dans le monde, une mobilisation qui a suscité l'incompréhension et l'agacement de nombreux Danois.

"Nous savons que des experts hautement qualifiés du zoo de Copenhague ont exploré les possibilités de placer le girafon dans un autre zoo", a déclaré Tina Engberg, porte-parole de Dyrens Bskyttelse (Protection des animaux), un groupe qui met en place des refuges pour les animaux et des centres de soins de la faune au Danemark.

"De nombreux zoos ont des programmes de sélection et contribuent largement à diffuser la connaissance", a-t-elle indiqué. "Le zoo de Copenhague est l'un de ceux qui fait partie d'un groupe de travail international de sélection".

"Il y a beaucoup d'autres situations où les populations animales sont régulées", a encore argumenté Mme Engberg, citant la chasse à l'élan en Scandinavie ou la chasse aux lapins en Grande-Bretagne.

Le personnel du zoo de Copenhague a reçu des menaces de mort après que Marius eut été abattu dimanche, malgré les milliers de signatures collectées à travers une pétition pour tenter de le sauver.

Marius a été tué avec un pistolet d'abattage, sa peau a été retirée, puis le cadavre du girafon a été disséqué devant les visiteurs, y compris des enfants, et finalement donné aux lions.

Le zoo a affirmé qu'il n'avait pas d'autre choix que d'empêcher l'animal d'atteindre l'âge adulte, dans la mesure où d'après les règles de l'Association européenne des zoos et des aquariums (EAZA), la consanguinité doit être évitée chez les girafes.

En vertu d'un programme de l'EAZA pour éviter cette consanguinité, a-t-il expliqué, les gènes de Marius ont été jugés trop peu originaux pour lui permettre de se reproduire à Copenhague ou dans un autre zoo du réseau de l'EAZA, qui compte 300 établissements.

Le zoo de Frösö à Östersund (Suède), non membre de l'EAZA, a révélé samedi au quotidien Expressen avoir demandé à récupérer Marius, mais sans succès.

La réserve naturelle du Yorkshire (Yorkshire Wildlife Park, YPM) a fait part de sa tristesse après avoir appris l'abattage de l'animal, alors qu'elle avait contacté le zoo de Copenhague samedi en vue d'adopter Marius.

Mais le zoo danois a refusé l'offre, en expliquant que le parc naturel devrait plutôt s'intéresser à une girafe "génétiquement plus importante".

nsb/amp/plh

PLUS:hp