POLITIQUE

Budget 2014 : les fonctionnaires fédéraux écopent encore (VIDÉO)

11/02/2014 04:33 EST | Actualisé 11/02/2014 05:34 EST

OTTAWA, Ont. _ Pour une deuxième année consécutive, le gouvernement Harper demande des sacrifices aux employés de la fonction publique afin de lui permettre de réduire ses dépenses et revenir à l'équilibre budgétaire l'an prochain.

Dans son budget, dévoilé mardi, le ministre des Finances, Jim Flaherty, demande aux fonctionnaires retraités de défrayer la moitié des coûts des prestations du Régime des soins de santé de la fonction publique (RSSFP) en plus de faire passer de deux à six le nombre minimal d'années de service pour y être admissible.

Une telle augmentation ferait passer les cotisations annuelles du régime d'un fonctionnaire retraité de 261 $ à environ 550 $.

Le ministre des Finances estime qu'une fois intégralement appliquée, cette augmentation représentera moins d'un pour cent du montant brut d'une pension de la fonction publique fédérale de 30 000 $.

M. Flaherty prévoit que ces mesures devraient se traduire, d'après les normes comptables actuelles, par des économies budgétaires de 7,4 milliards $ sur six ans pour le gouvernement Harper.

En comparaison, les économies des diverses autres mesures mises de l'avant par le budget fédéral devraient générer des économies estimées à près de 1,8 milliard $.

Les mesures annoncées mardi représentent un autre coup dur pour les fonctionnaires fédéraux, qui, lors du dernier budget, avaient vu Ottawa retrancher 5,2 milliards $ aux dépenses des différents ministères, soit 6,9 pour cent de leur budget, avec des départs de fonctionnaires avoisinant 20 000 postes à terme.

Les employés de la fonction publique avaient également été forcés de faire d'importantes concessions, entre autres avec le report de l'âge de l'admissibilité aux prestations de la retraite de 65 à 67 ans.

Cette situation devrait assurément contribuer à alimenter les hostilités entre les fonctionnaires fédéraux et Ottawa, qui souligne que les "coûts de personnel constituent l'une des plus importantes dépenses de fonctionnement du gouvernement".

Au cours de l'année, le gouvernement Harper doit entamer une nouvelle ronde de négociations avec les agents négociateurs de la fonction publique fédérale afin de renouveler l'ensemble de ses 27 conventions collectives.

Le document du ministre des Finances souligne que le gouvernement fédéral veut faire en sorte que la rémunération globale des employés soit "raisonnable, abordable et qu'elle corresponde à celle offerte par d'autres employeurs des secteurs public et privé".

Ottawa souhaite notamment revoir le système de gestion des congés d'invalidité et de maladie en plus d'instaurer un régime officiel d'assurance-invalidité de courte durée.

Le budget Flaherty souligne notamment que 25 pour cent des employés de la fonction publique ont moins de 10 jours de congé de maladie non utilisés et que le gouvernement fédéral ne dispose pas d'un processus efficace de gestion favorisant le retour rapide au travail à la suite d'une maladie.

Ce dossier des congés de maladie risque d'être au coeur des négociations: le président du conseil du Trésor, Tony Clement, a récemment affirmé qu'annuellement, les fonctionnaires fédéraux prenaient en moyenne 18 jours de congé de maladie, ce qui, selon lui, est trop.

M. Clement a cependant été contredit par l'analyse du directeur parlementaire du budget, Jean-Denis Fréchette, qui estimait cette moyenne annuelle à 11,5 journées de maladie.

INOLTRE SU HUFFPOST

Budget fédéral 2014 : les faits saillants