NOUVELLES

Une vidéo de la capture du Libyen Libi par les Américains mise en ligne

10/02/2014 02:57 EST | Actualisé 12/04/2014 05:12 EDT

Le site internet du Washington Post a mis en ligne lundi une vidéo d'une caméra de surveillance montrant, selon le quotidien, la capture d'Abou Anas al-Libi, un responsable d'al-Qaïda, à Tripoli en octobre 2013 par des forces spéciales américaines.

Sur ces images en noir et blanc datée du 5 octobre 2013, on peut voir une voiture sombre s'arrêter devant une maison. Il est 06H38 du matin, il fait encore nuit. Immédiatement, une fourgonnette blanche s'arrête sur son côté gauche et trois hommes en sortent, pistolet au poing. Une autre voiture blanche vient stationner devant le véhicule sombre pour l'empêcher de fuir.

Les hommes en armes se saisissent de l'individu qui conduisait le véhicule sombre et le font monter dans la fourgonnette. L'un des assaillants prend le volant de la voiture sombre et les trois véhicules repartent rapidement. La scène a duré à peine une minute.

La personne enlevée est Nazih Abdel Hamed al-Raghie, alias Abou Anas al-Libi, selon le Washington Post. Ce Libyen de 49 ans était traqué depuis plus de 13 ans par les Etats-Unis qui l'accusent d'être impliqué dans les attentats de 1998 contre leurs ambassades en Tanzanie et au Kenya. Sa capture avait été immédiatement annoncée par le Pentagone.

L'opération a été menée par la CIA, le FBI et une équipe de la Delta Force, une unité des forces spéciales de l'armée de Terre américaine, selon le quotidien.

Libi figurait sur la liste des personnes les plus recherchées par le FBI, qui offrait "jusqu'à 5 millions de dollars" pour toute information permettant son arrestation ou sa condamnation.

Après son enlèvement en plein coeur de la capitale libyenne, Libi avait été emmené à bord d'un navire militaire américain, l'USS San-Antonio, avant d'être transféré aux Etats-Unis où il attend son procès à New York.

Le 7 août 1998, un attentat à la voiture piégée devant l'ambassade américaine à Nairobi avait fait 213 morts et quelque 5.000 blessés.

La plupart étaient des passants ou des employés des immeubles voisins de l'ambassade, dans laquelle 44 personnes, dont 12 Américains, ont été tuées.

Quasi simultanément, l'explosion d'un camion-citerne piégé devant l'ambassade américaine à Dar es-Salaam (Tanzanie) avait fait onze morts et plus de 70 blessés, tous des passants. Al-Qaïda avait revendiqué les deux attentats.

mra-ddl/gde

PLUS:hp