NOUVELLES

JO-2014/Ski alpin - Super-combiné: déclarations

10/02/2014 08:38 EST | Actualisé 12/04/2014 05:12 EDT

Maria Höfl-Riesch (GER, 1re): "Certes, l'attente autour de moi était grande. Je comptais parmi les favorites et devais en quelque sorte assumer ce rôle. Mais cela n'a pas été simple. Ce matin, j'ai connu quelques problèmes en descente (5e). Le slalom était difficile, avec de la pente et la neige qui ramollissait à cause des températures. (Avec trois médailles d'or aux JO, entrez-vous dans le cercle des grandes championnes de l'histoire du ski?). Je ne sais pas et ne me pose pas la question. Je pense surtout à savourer cette médaille-ci. (Comment gère-t-elle sa polyvalence?). Ce n'est pas facile de s'entraîner dans toutes les disciplines. En janvier, surtout, avec les épeuves de vitesse et les reports dûs au mauvais temps. Les spécialistes peuvent essayer du matériel pendant ce temps. Il faut gérer le mieux qu'on peut et les résultats sont irréguliers. En slalom, la dernière fois (à Kranjska Gora, le 2 février), cela ne s'était pas bien passé (23e). Aujourd'hui, c'est évidemment une de mes plus belles victoires, un moment émouvant. Mais, évidemment, à Vancouver, c'était encore plus fort. Après l'or du super-combiné, j'avais eu celui du slalom. (La présence de Franz Beckenbauer) Cela fait toujours plaisir de savoir qu'on est encouragée, soutenue".

Julia Mancuso (USA, 3e): "Le meilleur temps en descente m'a rendu de bonne humeur et m'a fait comprendre que je pouvais décrocher une médaille. Cela a été une journée très émouvante, mais aussi stressante. Au départ du slalom, je savais qu'il y avait des filles qui pouvaient skier vite. Je n'ai pas fait de slalom depuis l'an dernier. En plus, ce n'était pas facile avec cette neige de s'élancer en dernière position. Alors, j'ai rassemblé toute mon énergie. Bien sûr que j'ai connu un début de saison (en Coupe du monde) difficile, sans grands résultats. Mais, aux Jeux, tout est possible. Il suffit d'y croire".

asc/el

PLUS:hp