NOUVELLES

JO-2014 - La Russie soulagée après l'or mais toujours sous pression

10/02/2014 07:35 EST | Actualisé 12/04/2014 05:12 EDT

Soulagée après avoir décroché une première médaille d'or sur ses terres aux jeux Olympiques de Sotchi, la Russie reste sous la pression du public et des élites politiques avides de récompenses.

La Russie est montée dimanche sur la première marche du podium à l'épreuve par équipes de patinage artistique et a remporté trois autres médailles au deuxième jour des compétitions.

La médaille d'or conforte la Russie qui semble ainsi dominer à nouveau le patinage artistique, une hégémonie perdue après la chute de l'Union soviétique en 1991, en partie en raison du départ à l'étranger de ses meilleurs entraîneurs.

Cette performance a non seulement confirmé que le tsar du patinage artistique Evgueni Plushenko, 31 ans, a retrouvé le meilleur de sa forme, mais a aussi vu l'émergence d'une nouvelle star russe Yulia Lipnitskaia, 15 ans seulement, félicitée en personne par le président Vladimir Poutine venu l'attendre en bord de piste après avoir suivi l'épreuve depuis les tribunes de l'Iceberg Arena.

La Russie a vécu une journée tendue et difficile au début des compétitions samedi, devenant le premier pays hôte des JO à finir le premier jour sans médaille, depuis le Japon aux jeux d'hiver de 1998 à Nagano.

Shipulin à deux doigts

La vedette russe du biathlon Anton Shipulin fut pourtant à deux doigts de décrocher une médaille qui s'est évanouie au dernier tir raté. Il s'est contenté de la 4e place.

"J'ai vu la médaille et je l'ai manquée. Mon rêve depuis des années s'est envolé", a-t-il dit, montrant d'une certaine manière la pression à laquelle sont soumis les athlètes russes.

A la veille des Jeux, Vladimir Poutine avait déclaré lors d'une visite au village olympique devant les athlètes russes que le pays comptait sur eux et que leurs prestations seraient suivies par des millions de supporteurs. Autrement dit qu'il serait souhaitable de remporter un maximum de médailles.

Le déblocage s'est produit en patinage de vitesse (3000 m dames) où Olga Graf, 30 ans, a décroché le bronze contre toute attente, montant pour la première fois sur un podium d'un grand rendez-vous international.

Dans la foulée, Olga Vilukhina a remporté une médaille d'argent en biathlon (sprint), un sérieux coup de pouce pour l'équipe dans la deuxième discipline la plus populaire en Russie après le hockey sur glace.

Autre motif de satisfaction pour l'équipe russe, le lugeur vétéran Albert Demchenko, 42 ans, a lui aussi décroché une médaille de bronze.

Effacer la débâcle de Vancouver

Mais tout n'était pas rose pour la Russie qui éprouve un cruel besoin de se racheter après la débâcle de Vancouver en 2010 avec seulement trois médailles d'or (15 au total) et une humiliante 11e place, sa pire performance depuis la chute de l'URSS en 1991.

Les dirigeants du sport russe pourraient une nouvelle fois se lamenter avec "celle qui est partie", après que la Slovaque Anastasiya Kuzmina, née en Russie, qui a conservé son titre olympique en biathlon. Kuzmina, soeur de Shipulin, a fait ses débuts dans le biathlon en Russie mais ensuite déménagé en Slovaquie, estimant que sa carrière était sans espoir en Russie.

"Les entraîneurs (russes) n'ont pas remarqué Anastasiya, bien qu'elle était en train de progresser au moment où elle est partie en Slovaquie", a déploré Sergei Chepikov, légende soviétique et star russe du biathlon, dans les colonnes du quotidien Sovietski Sport.

Par ailleurs, les fondeurs russes ont manqué de peu une médaille en skiathlon messieurs, accusant les Norvégiens de leur avoir "volé" la troisième place.

Le Norvégien Sundby, qui a devancé le Russe Maxim Vylegzhanin d'un dixième de seconde, a reconnu avoir clairement changé de ligne, gênant ainsi son concurrent, mais se défendant de l'avoir fait intentionnellement.

Le jury a validé la 3e place du Norvégien mais la Russie a fait appel devant la Fédération internationale de ski (FIS), dans l'espoir de récupérer une médaille supplémentaire.

sjw-bfi/pga/el

PLUS:hp