NOUVELLES

Faillite de Heenan Blaikie: Jean Chrétien et Marcel Aubut se trouvent du boulot

10/02/2014 03:20 EST | Actualisé 12/04/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Deux des noms les plus connus du cabinet d'avocats Heenan Blaikie se sont trouvé de nouveaux employeurs.

Le président du Comité olympique canadien, Marcel Aubut, a accepté de se joindre au cabinet d'avocats BCF, dont il deviendra associé et vice-président du conseil d'administration.

Une trentaine d'avocats de son équipe de Québec et de Montréal accompagneront Me Aubut dans les bureaux de BCF.

Par ailleurs, Jean Chrétien passera, lui, au cabinet Dentons Canada.

Dans un communiqué, les dirigeants du cabinet Dentons soulignent le leadership et l'expérience en diplomatie internationale de l'ancien premier ministre du Canada.

Jean Chrétien oeuvrera au bureau d'Ottawa de Dentons.

Fondé en 1973, le cabinet Heenan Blaikie a été dissout la semaine dernière. Il comptait dans ses rangs, encore au cours des derniers mois, quelque 500 avocats répartis dans huit bureaux à travers le Canada.

La firme a dit en être venue à décider de sa dissolution à la suite d'une analyse en profondeur des options de restructuration qui s'offraient à elle. Cependant, elle avait précisé que plusieurs groupes de pratique, voire des cabinets entiers, poursuivraient leurs activités sous de nouvelles dénominations.

Le bureau de Sherbrooke d'Heenan Blaikie était au nombre des entités devant demeurer en activité.

L'ex-juge de la Cour suprême du Canada Michel Bastarache ainsi que l'ex-premier ministre du Québec Pierre-Marc Johnson comptaient également parmi ses associés. L'ex-premier ministre Pierre Elliott Trudeau avait également été associé à ce cabinet à la suite de sa retraite de la vie politique.

De nombreux avocats d'Heenan Blaikie ont été recrutés au cours des dernières semaines par des concurrents et l'annonce de la semaine dernière n'a fait qu'accélérer les départs.

La fin des activités d'Heenan Blaikie constitue la plus importante dissolution d'un cabinet d'avocats au pays depuis la fermeture de Goodman & Carr, en 2007. Environ 140 avocats avaient alors dû se trouver un autre emploi.

PLUS:pc