NOUVELLES

Casey Stoney, capitaine de l'équipe d'Angleterre, révèle son homosexualité

10/02/2014 10:08 EST | Actualisé 12/04/2014 05:12 EDT

La capitaine de l'équipe d'Angleterre féminine de football Casey Stoney a révélé son homosexualité, a-t-elle annoncé lundi à la BBC.

"Je vivais dans le mensonge, a commenté la défenseur de 31 ans d'Arsenal, interrogée par la radio anglaise. Je ne l'ai jamais caché dans mon cercle de football car c'est accepté mais à l'extérieur je n'ai jamais parlé de ma sexualité. C'est très important pour moi de parler maintenant en tant que joueuse homosexuelle car il y a tant de gens qui le sont qui doivent se battre. Vous entendez parlez de gens qui se suicident à cause de ça, cela ne devrait jamais arriver".

Stoney, capitaine de l'Angleterre lors des JO-2012, compte 116 sélections. Elle a expliqué qu'elle avait été incitée après le coming out du plongeur anglais Tom Daley à l'issue de ces jeux Olympiques à Londres.

Elle a également jugé "invraisemblable" d'avoir attribué des Coupes du monde à la Russie et au Qatar en raison de l'attitude de ces pays envers les homosexuels.

"Je n'irais pas là-bas car je sais que je ne serais pas acceptée. Il y a des athlètes gays qui concourent actuellement en Russie pour les JO. Je n'imagine pas à quel point ils doivent être effrayés", a-t-elle poursuivi au sujet des JO de Sotchi.

Le président du pays-hôte des Jeux Vladimir Poutine a promulgué en juin une loi controversée punissant tout acte de "propagande" homosexuelle devant les mineurs, un texte jugé discriminatoire par les défenseurs des droits de l'homme et critiqué à travers le monde entier.

Des militants de la cause homosexuelle ont appelé au boycott des Jeux d'hiver à Sotchi pour protester contre cette loi.

"Manque d'éducation"

Le sujet a également rebondi récemment dans le football anglais après le coming out en janvier de l'Autrichien retraité Thomas Hitzlsperger, passé plusieurs années par Aston Villa, quelques mois après celui de l'ex-joueur de Leeds Robbie Rogers qui continue de jouer au LA Galaxy.

"Ces trois-quatre personnes m'ont donné le courage de dire que j'étais gay, a poursuivi l'Anglaise. Mais quand le président russe dit aux gays +vous pouvez venir mais tenez-vous écarté des enfants+, quel message envoie au monde un tel manque d'éducation alors qu'il dirige le pays? Cela me préoccupe au plus haut point".

"La propagande politique pendant les événements sportifs est interdite par la charte olympique et la loi russe", a rappelé le vice-Premier ministre russe Dmitri Kozak la veille de l'ouverture des JO-2014.

"Nous n'avons pas de restrictions sur les droits des citoyens basés sur leur sexualité. Nous sommes des adultes et nous pouvons avoir une vie privée comme nous l'entendons", avait-il ajouté.

En dépit des critiques contre la loi russe "anti-gays" dont la formulation vague ouvre la voie à une large interprétation, le dirigeant a émis l'espoir que la controverse sur le sujet n'entraînera "pas de problèmes ou conflits" lors de la compétition entre le 7 et le 23 février.

A la veille de la cérémonie d'ouverture des Jeux, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait de son côté lancé un appel hautement symbolique, invitant le monde à s'élever contre les attaques "anti-gays".

La semaine dernière, 11 des 20 clubs de Premier League, le championnat masculin anglais, ont également signé une charte dans laquelle ils s'engagent à lutter contre l'homophobie.

cd/jgu

PLUS:hp