NOUVELLES

Après Ford et GM, Toyota quitte l'Australie

10/02/2014 07:20 EST | Actualisé 12/04/2014 05:12 EDT

Toyota a annoncé lundi qu'il cesserait de produire des voitures et des moteurs en Australie à compter de 2017, emboîtant ainsi le pas à General Motors et Ford qui avaient annoncé l'an dernier leur retrait du pays.

L'Australie, autrefois une base de production dynamique pour l'industrie automobile, paie ainsi le niveau élevé de ses coûts et l'appréciation de sa devise, qui rend les voitures importées meilleur marché.

« Nous avons tout fait pour nous adapter, mais la réalité est qu'il y a trop de facteurs au-delà de notre contrôle qui font qu'il n'est pas viable de produire des voitures en Australie », a déclaré dans un communiqué Max Yasuda, président de Toyota Australia.

Quelque 2500 emplois seront concernés par la fermeture de l'usine australienne en 2017, a ajouté le groupe.

Le départ de Toyota après plus d'un demi-siècle de présence en Australie porte un nouveau coup au gouvernement conservateur du premier ministre Tony Abbott, qui cherche à gérer au mieux le ralentissement de l'économie nationale dû la fin du boom des investissements dans l'industrie minière.

« C'est une nouvelle terrible pour toutes les personnes concernées et c'est terrible pour le gouvernement et moi-même », a déclaré le premier ministre à Canberra.

Pour David Oliver, secrétaire général de la Confédération australienne des syndicats (ACTU), la disparition de la production automobile aura « des conséquences lourdes pour toute l'économie ».

« Ils [le gouvernement] n'ont absolument rien fait pour garder Toyota », a-t-il dit en estimant la perte à 21 milliards de dollars australiens [13,7 milliards d'euros] pour l'économie.

La production de véhicules en Australie a été réduite de moitié en quelques années, passant de plus de 400 000 en 2004 à 200 000 en 2012. Le secteur automobile emploie directement et indirectement quelque 45 000 personnes, selon des chiffres officiels.

Il s'est vendu l'an dernier 1,14 million de véhicules en Australie, un record, mais la part de véhicules produits localement a été à peine de 10 %, là aussi du jamais vu. Toyota est arrivé en tête des ventes avec près d'un cinquième du marché.

Par contraste, les grands constructeurs mondiaux ont construit de nouvelles usines dans des pays comme l'Indonésie, devenue une base de production plus attrayante grâce à ses coûts plus avantageux et à l'émergence d'une classe moyenne.

PLUS:rc