NOUVELLES

Yoichi Masuzoe, un gouverneur aimé comme ministre, détesté par les féministes

09/02/2014 06:49 EST | Actualisé 11/04/2014 05:12 EDT

Yoichi Masuzuoe, élu dimanche gouverneur de Tokyo, est un homme politique atypique aimé lorsqu'il était ministre de la Santé mais détesté par les féministes pour des propos sexistes prononcés il y a ... 25 ans.

Né en novembre 1948 dans le sud-ouest du Japon, Yoichi Masuzoe était l'homme politique préféré du public pour devenir Premier ministre quand il décida de quitter le Parti Libéral-Démocrate (PLD) en 2009 pour créer sa propre formation, dépité par la défaite de ce mouvement de droite aux élections législatives la même année.

Trois ans après l'accident de Fukushima qui a traumatisé l'archipel, il revient "sans étiquette" mais soutenu par ce PLD pro-nucléaire désormais présidé par l'actuel chef du gouvernement conservateur, Shinzo Abe.

M. Masuzoe est un visage très connu du grand public, non seulement pour ses fonctions ministérielles antérieures mais aussi pour avoir été un commentateur de TV.

Comme ses prédécesseurs gouverneurs de Tokyo, Naoki Inose et Shintaro Ishihara, c'est un écrivain prolixe qui a écrit, traduit ou supervisé des dizaines d'ouvrages, sur des sujets politiques et historiques (de la fin de la démocratie à Saddam Hussein en passant par la secte Aum).

Diplômé de droit de la prestigieuse Université de Tokyo, M. Masuzoe, francophone et anglophone, a travaillé quatre ans comme chercheur en relations internationales à Paris et Genève.

Il a ensuite exercé dix ans comme professeur-politologue à l'Université de Tokyo avant de collaborer avec un site d'informations politiques, de participer à des émissions de TV comme commentateur-vedette et de créer son propre institut de recherches politiques.

Il n'a débuté une carrière d'élu qu'en 2001 au Sénat.

"Mon expérience personnelle d'avoir soigné durant sept ans ma mère atteinte d'une maladie dégénérative est l'une des raisons qui m'ont fait entrer concrètement dans la vie politique. J'ai alors compris quels étaient les problèmes de la politique de soins du Japon", a expliqué l'intéressé qui occupa le poste de ministre de la Santé de 2007 à 2009, dans les gouvernements de trois Premiers ministres différents, dont M. Abe.

Amateur de ski, golf et judo, M. Masuzoe est toutefois réputé pour avoir un caractère difficile et pour avoir collectionné les aventures féminines. Selon des médias à scandale, il s'est marié quatre fois et a eu au moins cinq enfants de femmes différentes, épouses ou non.

Des mouvements féministes sont par ailleurs en colère contre lui et ont décidé de "ne plus faire l'amour avec les hommes qui voteraient pour M. Masuzoe". Raison: il a déclaré en 1989 à un magazine masculin qu'il était dangereux de confier les plus hautes responsabilités aux femmes, "parce qu'elles ne sont pas normales lorsqu'elles ont leurs règles".

kap/pn/pt

PLUS:hp