NOUVELLES

Un zoo danois a finalement tué la girafe Marius malgré la mobilisation

09/02/2014 10:25 EST | Actualisé 11/04/2014 05:12 EDT

COPENHAGUE - Le zoo de Copenhague a refusé les offres d'autres zoos et une proposition de 500 000 euros de la part d'un donateur privé pour sauver la vie d'une girafe en santé avant de la tuer, dimanche, pour respecter les recommandations sur la reproduction mises sur pied par une association européenne.

La girafe mâle âgée de deux ans, appelée Marius, a été «endormie» à l'aide d'un pistolet à fléchettes et sa viande sera donnée à des carnivores vivant au zoo, a précisé le porte-parole Tobias Stenbaek Bro. Les visiteurs, y compris les enfants, ont été invités à observer alors que la girafe était disséquée.

Les problèmes de Marius ont déclenché une série de protestations en ligne et ont relancé le débat sur les conditions de vie des animaux dans les zoos. Avant que la girafe ne soit tuée, une pétition en ligne pour la sauver avait recueilli plus de 20 000 signatures.

M. Stenbaek Bro a indiqué que le zoo, qui compte désormais sept girafes, avait reçu la recommandation de tuer Marius de la part de l'Association européenne des zoos et aquariums, puisqu'il existait déjà bon nombre de girafes ayant des gènes similaires au sein du programme de reproduction de l'organisation.

Cette dernière, qui compte 347 membres, dont plusieurs grands zoos dans les capitales européennes, vise à préserver la biodiversité mondiale et établir les meilleurs normes pour les soins offerts aux animaux, ainsi que pour leur reproduction.

M. Stebaek Bro a précisé que le zoo de Copenhague avait refusé l'offre d'achat pour Marius évaluée à 500 000 euros de la part d'un donateur privé. Selon lui, l'un des aspects importants du faire d'être membre de l'association est que les zoos ne sont pas les propriétaires des animaux, mais qu'ils en sont plutôt les gouverneurs, et ne peuvent donc pas les vendre à une personne à l'extérieur de l'organisation qui ne respecte pas les mêmes règles.

D'autres zoos auraient offert d'accueillir Marius, bien que le porte-parole n'ait pas précisé leur identité.

Au dire du directeur scientifique du zoo de Copenhague Bengt Holst, le programme de reproduction des girafes est semblable à celui utilisé dans les parcs pour chevreuils, où les populations d'animaux sont restreintes pour éviter la surpopulation.

«Le facteur le plus important est que les animaux doivent être en santé sur les plans physique et comportemental, et qu'ils vivent une belle vie, que celle-ci soit longue ou courte. Voilà quelque soit en quoi le zoo de Copenhague croit fermement», a-t-il dit par voie de communiqué.

Toujours selon M. Holst, le zoo ne fournit pas de contraceptifs aux girafes, puisque ceux-ci ont «un certain nombre d'effets indésirables sur les organes internes», et parce que le zoo estime que la routine des parents est partie prenante du comportement naturel des animaux.

De son côté, l'organisation suédoise de défense des droits des animaux soutient que cette histoire vient rappeler ce que, disent-ils, les zoos font régulièrement.

«Ce n'est pas un secret que les animaux sont tués lorsqu'il n'y a plus d'espace, ou si les animaux n'ont pas de gènes suffisamment intéressants, a dit l'organisation par voie de communiqué. La seule façon d'y mettre fin est de ne pas visiter de zoos.»

PLUS:pc