Huffpost Canada Quebec qc

«SNL Québec» : rafraîchissants nouveaux visages (PHOTOS)

Publication: Mis à jour:
SNL QUEBEC
Télé-Québec

Aux États-Unis, Saturday Night Live a révélé quantité de talents et a propulsé plusieurs carrières. Dan Aykroyd, Chevy Chase, Bill Murray, Eddie Murphy, Will Ferrell, Amy Poehler, Jimmy Fallon, Mike Myers, Adam Sandler, Chris Rock et Tina Fey, pour ne nommer que ceux-là, se sont tous fait connaître du grand public en participant à la revue humoristique hebdomadaire.

On a l’impression que la mouture québécoise du concept, SNL Québec, dont la première était présentée samedi soir, servira elle aussi de tremplin à de nouveaux visages prometteurs. Oui, c’était Louis-José Houde qui animait l’émission mais, sur les réseaux sociaux, pendant la diffusion, on ne parlait que de l’équipe de comédiens maison. Le jeu des Léane Labrèche-Dor, Pierre-Luc Funk, Katherine Levac, Mathieu Quesnel, Phil Roy et Virginie Fortin ne s’est attiré que des éloges, et avec raison. Les six jeunes acteurs ont tous tiré leur épingle du jeu et ont brillé chacun à leur façon.

On a adoré Léane Labrèche-Dor dans le sketch de la publicité de Bepca, une boisson énergisante pour les chums d’actrices. En tragédienne trop intense, Léane nous a fait hurler de rire, avec un gros pot de fleurs sur la tête ou en train de cracher sa joie ou sa frustration d’avoir été choisie ou pas pour un rôle. «Mange tes bas, Sylvie Drapeau!», a-t-elle rugi avec hargne et satisfaction. Du bonbon. Le délire de Virginie Fortin, en maman sévère devant une pièce de théâtre d’enfants de deuxième année, était également délicieux, et on se réjouit d’avoir eu l’occasion de découvrir Pierre-Luc Funk dans un autre contexte que celui des émissions jeunesse, lui qui a tenu la vedette de Tactik pendant quatre ans.

Divertissant

Dans l’ensemble, ce premier jet de SNL Québec était divertissant, mais nous a un peu laissé sur notre appétit. Nos attentes étaient-elles trop élevées? Il faut quand même laisser la chance à l’équipe de production de se faire la main. On n’amène pas un gros bateau comme Saturday Night Live dans la Belle Province sans un ou deux ajustements de départ. Soyons donc indulgents devant les quelques segments qui tombaient un peu à plat, surtout ceux placés vers la fin du rendez-vous, comme le quiz Méninges à trois ou le mariage d’Isabelle et Steve. La portion des Nouvelles SNL tournait un peu en rond, avec plusieurs gags moyens, comme ceux sur la discipline du curling aux Jeux olympiques de Sotchi et sur le salaire de Louis-Jean Cormier à La voix. Bon flash, cependant, que de faire référence à monsieur Musique d’Unité 9 dans une blague sur Vincent Lacroix.

Deux sketchs étaient empruntés à la version originale de Saturday Night Live : la réclame de Bepca et les «Schweddy Balls», ces fameuses boules que des animateurs de radio communautaire admiraient et dégustaient en multipliant les jeux de mots à double sens. On a préféré le premier, mais le second était aussi efficace. L’ouverture, avant le thème musical, était très réussie et à propos : à l’aéroport de Sotchi, un douanier a fait passer tous les voyageurs dans son «gai-tecteur» pour s’assurer qu’aucun athlète homosexuel n’entrerait au pays. La biathlonienne et sa carabine ont eu plus de facilité à s’introduire que le jeune homme un peu efféminé et la Lucie Rioux dont le nom rappelait celui des Pussy Riot. Parmi les scènes amusantes, relevons l’émission sportive Le vestiaire, où on ne causait que commanditaires (la phrase «Prenez la vie par le jack strap» deviendra-t-elle une réplique-culte?), et le cours de confiance donné à des policiers pour qu’ils performent mieux devant la caméra.

La parodie de «la télé dans la télé dans la télé», avec Les enfants de la télé, La télé sur le divan, C'est juste de la TV, Fidèles au poste et Ici Louis-José Houde était cocasse, mais un peu étourdissante. Et on a trouvé un gentil moyen de faire un clin d’œil à la Charte des valeurs québécoises, avec l’invention du «voirque», hybride entre le voile et la perruque.

Louis-José fidèle à lui-même

Dans son numéro de bienvenue, Louis-José Houde a tracé le parallèle entre Saturday Night Live et SNL Québec, et a décoché une flèche aux producteurs, «qui ont pris quatre décennies à se décider à acheter les droits». «On va acheter le Tic Tac Show à la place», a-t-il ironisé en se glissant dans la peau des décideurs. Du très bon Louis-José.
Les prestations musicales de ce premier SNL Québec étaient offertes par Radio Radio, et c’est la voix d’Yvon Deschamps qu’on a entendu en hors-champ au cours des premières minutes. Beau coup de Télé-Québec, considérant que l’humoriste n’est à peu près jamais sorti de sa retraite.

L’aventure SNL Québec se poursuivra le 22 mars prochain, et c’est Stéphane Rousseau qui en sera l’hôte.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
SNL Québec
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction