NOUVELLES

L'Iran proteste contre le Pakistan après l'enlèvement de 5 gardes-frontières

09/02/2014 11:30 EST | Actualisé 11/04/2014 05:12 EDT

L'Iran a dénoncé dimanche l'incapacité du Pakistan à sécuriser ses frontières après la capture de cinq de ses soldats par un groupe rebelle sunnite qui a emmené les otages en territoire pakistanais.

"Nous devons encore nous plaindre du gouvernement pakistanais pour l'enlèvement de nos gardes-frontières dans la zone frontalière qui ont été transférés au Pakistan", a déclaré le chef de la police iranienne Esmaïl Ahmadi-Moghadam, cité par l'agence Fars.

Un groupe sunnite, Jaish-ul Adl (Armée de la justice), a revendiqué l'enlèvement des militaires dans la région du Sistan-Balouchistan, en diffusant des photos de ces otages sur son site internet (jashuladl.blogspot.jp).

Le chargé d'affaires pakistanais a été convoqué par le ministère des Affaires étrangères qui a demandé à Islamabad "d'agir fermement contre les responsables et les membres de groupes terroristes qui se sont enfuis en territoire pakistanais".

Le groupe avait revendiqué fin octobre une attaque menée quatre jours plus tôt contre un poste-frontière iranien près du Pakistan qui avait fait 14 morts.

Quelques heures plus tard, huit rebelles sunnites et huit trafiquants de drogues avaient été pendus à Zahedan, la capitale de la province.

Le Sistan-Balouchistan, qui compte une importante minorité sunnite dans un pays à majorité chiite, est régulièrement le théâtre d'actions armées sanglantes menées par des groupes sunnites extrémistes mais aussi des trafiquants de drogue.

Un autre groupe sunnite, Jundallah (Sodats de Dieu), dont le dirigeant Abdelmalek Righi a été pendu en 2010, a également revendiqué plusieurs attentats contre des officiels et des civils iraniens dans la province.

str-mod/cyj/hj

PLUS:hp