NOUVELLES

Les violences et les pillages ne connaissent pas de répit en Centrafrique

09/02/2014 09:12 EST | Actualisé 11/04/2014 05:12 EDT

BANGUI, République centrafricaine - Les violences qui font rage dans la capitale de la République centrafricaine, Bangui, ont fait au moins neuf morts au cours du week-end, ont indiqué des témoins et des responsables, dimanche.

Les affrontements sanglants et le pillage se poursuivent à Bangui en dépit de la présence de milliers de militaires français et africains et de la nomination, le mois dernier, d'une nouvelle présidente intérimaire.

Dimanche matin, des militaires rwandais ont dû intervenir après qu'une foule en colère eut assassiné un jeune musulman accusé d'avoir tué une femme, selon une résidante du quartier où le drame s'est produit, Olga Mouth. Les soldats ont ouvert le feu, tuant un homme parmi les émeutiers.

Cinq autre corps ont été découverts dans le quartier, a précisé le lieutenant rwandais Rosana Nsengimana, ajoutant qu'il ignorait les circonstances de la mort de ces personnes.

Plus tôt dans la journée, dix hommes armés ont attaqué la résidence de l'ancien ministre de la Justice du gouvernement rebelle, tuant le neveu d'un haut responsable qui s'y trouvait.

Les violences à l'endroit des résidants de confession musulmane se sont multipliées ces derniers mois à Bangui, les forçant à fuir la ville. Des milliers d'entre eux sont montés à bord de camions vendredi pour quitter la région, sous les cris de joie de centaines de leurs compatriotes chrétiens. Le cortège était surveillé par un important contingent de soldats tchadiens.

La population musulmane a été prise à partie par les chrétiens en guise de représailles pour les violences commises par l'ancien gouvernement rebelle musulman. En décembre, plus de 1000 personnes ont été tuées en l'espace de quelques jours.

En mars 2013, le mouvement rebelle Seleka a chassé l'ancien président François Bozizé du pouvoir, le replaçant par Michel Djotodia. Il a remis sa démission le mois dernier sous une forte pression régionale.

PLUS:pc