NOUVELLES

Les Jeux de Sotchi commencent sur une mauvaise note pour Alex Harvey

09/02/2014 06:24 EST | Actualisé 11/04/2014 05:12 EDT

KRASNAÏA POLIANA, Russie - Alex Harvey n'a pas entrepris les Jeux de Sotchi sur une note positive, dimanche. S'il avait su que des problèmes de fartage anéantiraient ses chances de lutter avec les meilleurs, il aurait fait l'impasse sur l'épreuve de skiathlon de 30 kilomètres, au complexe de ski de fond et de biathlon Laura.

«Avoir su que je n'aurais pas eu de bons skis, je n'aurais pas fait la course. Je me serais ménagé pour le sprint de mardi», a déclaré le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges, près de Québec, après avoir fini en 18e position.

«Des problèmes de fartage, ça arrive souvent en ski de fond, a continué Harvey, qui a franchi la distance en une heure 10 minutes, à une minute 44,8 secondes du champion olympique, le Suisse Dario Cologna. On souhaite toujours que ça arrive aux autres. Mais aujourd'hui, ça nous est arrivés.»

Se disant davantage «frustré et déçu que choqué» par la tournure des événements, Harvey a décelé que ses skis manquaient d'adhérence au début de la course, en style classique.

«C'était 'game over' après le deuxième tour de ski classique, a-t-il affirmé. Je n'avais pas d'adhérence du tout, et puis je n'étais pas vraiment rapide. J'ai perdu 45 secondes en classique, en poussant à 100 pour cent de mes capacités, tandis que les meneurs étaient à 75-80 pour cent. Habituellement, dans les 15 premiers kilos, les gars sont sur la défense un peu.»

L'athlète, âgé de 25 ans, a retranché plus d'une quinzaine de secondes sur le peloton de tête après avoir enfilé ses skis de patins. Mais l'écart était trop important.

«J'ai voulu voir comment je me sentais vraiment, a-t-il dit. Avec des skis égaux aux autres, c'était vraiment bon. Je me sentais fort mais, à la fin, ça ne servait à rien de pousser pour gruger d'autres secondes.»

Cologna s'est imposé en 1h08:15,4, résistant à la charge du champion olympique de Vancouver, le Suédois Marcus Hellner (1h08:15,8). Le Norvégien Martin Johnsrud Sundby (1h08:16,8) a mérité la médaille de bronze. Les Albertains Ivan Babikov et Graeme Killick ont terminé 25e et 45e, respectivement.

Tourner la page

Ce n'est pas le début de JO que Harvey avait envisagé. Mais le principal intéressé a rappelé qu'il avait pris le 22e rang de sa première course (15 kilomètres patin) aux Jeux de Vancouver, en 2010.

«Ce sont des choses qui arrivent. Ça fait partie du jeu, philosophait-il. Physiquement, je sais que je peux tenir mon bout face aux meilleurs. Les gars de fartage vont être déçus, ils vont le prendre dur. Mais ils vont revenir plus forts.»

L'entraîneur de Harvey, Louis Bouchard, a souligné l'importance pour la quinzaine de membres de l'équipe de soutien de resserrer les rangs, en tournant la page au plus tôt.

«Le mot d'ordre, c'est de passer en mode prochaine course, a-t-il mentionné. Tout le monde doit adopter cette attitude et aller dans la même voie. On n'a pas le choix.

«Le 'debriefing' de groupe se fait très rapidement, a élaboré Bouchard. On n'a pas le temps d'avoir un deuil très long, de faire une réflexion poussée ou d'être frustrés trop longtemps. Quand tu finis la course, tu es choqué, ça dure 15 minutes. Après, tu fais ton deuil, ça dure un autre 15 minutes. Puis après, tu recommences à t'entraîner.»

Bouchard ne doute pas que Harvey, qui s'enligne pour prendre part aux cinq autres épreuves masculines au programme, va rapidement surmonter sa déception et que son niveau de confiance demeurera intact.

«Alex possède beaucoup d'expérience, même s'il est jeune. Il sait qu'il doit vite tourner la page. Ses chances sont tellement bonnes dans toutes les épreuves. La forme est là, aucun doute. À l'entraînement, il file comme un avion. Maintenant, il doit récupérer du 30 kilomètres, et il récupère très vite de ce temps-ci.»

Harvey s'est dit optimiste que l'effort fourni dimanche ne sape pas ses énergies en vue du sprint individuel, mardi.

«Ça se peut que je suis hypothéqué, on verra. Je n'ai pas dépensé plus d'énergie que les Cologna, Hellner et (Peter) Northug. C'est juste que Cologna et Hellner ont remporté des médailles, pas moi. Mon effort est allé dans le vide.»

Si Bouchard lui accorde des chances de monter sur le podium dans chacune des épreuves, Harvey évalue que c'est dans le sprint par équipes, avec Devon Kershaw, qu'elles sont les meilleures.

Avant les JO, Harvey n'a pas caché que l'objectif pour lui est de procurer au Canada sa première médaille olympique masculine de l'histoire, en ski de fond.

PLUS:pc