NOUVELLES

Le CIO n'enquêtera pas les allégations sur les juges de patinage artistique

09/02/2014 07:09 EST | Actualisé 11/04/2014 05:12 EDT

SOTCHI, Russie - Le Comité international olympique ne mènera pas d'enquête sur des allégations qui ont circulé samedi au sujet d'une présumée entente entre des juges de la compétition de patinage artistique, affirmant que ces rumeurs «n'ont aucun fondement».

Le couple de danseurs canadien composé de Tessa Virtue et de Scott Moir s'est retrouvé mêlé à un début de controverse samedi, après que le journal français L'Équipe eut fait état d'une proposition de pacte entre les juges russes et américains pour empêcher les deux patineurs canadiens d'accéder à la plus haute marche du podium.

Lors d'une rencontre de presse, dimanche matin, le directeur des communications du CIO, Mark Adams, a déclaré n'avoir vu aucune preuve à cet effet et ajouté qu'il s'agissait d'une forme de potinage qui, a-t-il répété, ne reposait sur aucun fondement.

Le reportage du journal L'Équipe, titré «Petits arrangements entre amis», citait un entraîneur russe non identifié affirmant qu'il y avait eu une «proposition de troc» entre les États-Unis et la Russie.

Le prétendu pacte, selon L'Équipe, aurait permis au couple américain formé de Meryl Davis et de Charlie White de récolter la médaille d'or devant le tandem canadien, champion olympique à Vancouver.

Virtue et Moir ont terminé au deuxième rang, derrière les Américains, dans le programme court de l'épreuve de danse de la compétition par équipe, samedi soir. Après leur prestation, ils n'ont pas paru perturbés par les rumeurs.

«(Le travail des juges) n'est pas notre plus grande préoccupation, a déclaré Moir. Étant Canadiens, nous avons vécu l'affaire Salé-Pelletier, le patinage artistique a un passé chargé de tous ces trucs. Mais la beauté d'être un athlète, vous savez, c'est que cela ne nous concerne pas.»

Les rumeurs ont ramené à l'avant-scène le scandale impliquant des juges à Salt Lake City, alors que les Canadiens Jamie Salé et David Pelletiere ont été temporairement privés d'une médaille d'or à la suite de tractations entre juges.

Le scandale a mené à une restructuration complète du système de notation, dans l'espoir d'empêcher toute manipulation des notes de la part de juges.

La Fédération de patinage artistique des États-Unis a qualifié les rumeurs de «carrément fausses».

Adams a par ailleurs fait savoir que le dossier relevait de l'Union interntionale de patinage, et non du CIO.

PLUS:pc