NOUVELLES

Bosnie: des manifestants dénoncent la répression policière

09/02/2014 03:49 EST | Actualisé 11/04/2014 05:12 EDT

SARAJEVO, Bosnie-Herzégovine - Des centaines de personnes ont défilé dans les rues de Sarajevo, dimanche, accusant la police de mauvais traitements envers des manifestants récemment arrêtés et exigeant leur libération.

Les protestataires ont aussi demandé pour une quatrième journée consécutive la démission du gouvernement bosnien, en raison d'allégations de corruption et du taux de chômage, qui avoisine le 40 pour cent.

Le chef d'un poste de police, Mirsad Sukic, a déclaré à la foule qui s'était rassemblée devant ses bureaux qu'il n'y avait aucun mineur parmi les 44 manifestants arrêtés et que personne n'avait été maltraité. Il a ajouté qu'ils avaient tous été libérés à l'exception de dix d'entre eux.

Un adolescent de 17 ans qui affirme être l'un des protestataires relâchés a toutefois soutenu que lui et ses compagnons avaient été battus dans le sous-sol du poste de police et qu'on les avait empêchés de dormir pendant 26 heures.

Les manifestants de dimanche ont invectivé les policiers de l'antiémeute, exigeant d'eux qu'ils libèrent les «enfants» et les qualifiant de «bandits». Ils se sont ensuite dirigés vers un bâtiment du centre-ville où les manifestants encore détenus auraient été transférés.

Plus de 300 personnes ont été blessées au cours des quatre derniers jours dans ce qui serait le plus important soulèvement populaire en Bosnie-Herzégovine depuis la fin de la guerre civile. Vendredi, des manifestants ont incendié des édifices gouvernementaux dans plusieurs villes à travers le pays.

PLUS:pc