NOUVELLES

Azrouël propose un chic graphique et industriel à la Fashion week de New York

09/02/2014 02:28 EST | Actualisé 11/04/2014 05:12 EDT

Féru d'un chic minimaliste, le créateur israélo-américain Yigal Azrouël a emmené dimanche une Semaine de la mode new-yorkaise encore sous le charme de son aventure à Brooklyn de la veille, dans un univers très graphique et industriel.

Après le triomphe samedi soir du génie des podiums Alexander Wang, sous une serre géante sur les docks de Brooklyn, les fashionistas étaient de retour dimanche à Soho, avec la collection très urbaine et géométrique de M. Azrouël.

Voulues comme une célébration de l'influence de l'architecture sur la création vestimentaire, les 29 silhouettes de l'automne-hiver 2014 ont présenté une femme à l'élégance minimaliste et sans efforts, dont une série d'imprimés industriels et graphiques, parvenait à souligner une certaine modernité.

"Pour moi, c'était une manière de créer... une femme qui s'habille en toute simplicité, de manière intellectuelle, qui sait ce qu'elle veut", explique le créateur à l'AFP à l'issue du défilé. "Tout est dans sa capacité à afficher un look sans effort et chic, qu'elle sait maîtriser", poursuit-il avant d'être interrompu par les rires de ses enfants venus le saluer.

Dans un jeu de juxtaposition, de patchworks, très en vogue cette saison, la délicatesse et la fluidité de la femme Azrouël veut se parer d'atours masculins, avec des blousons bombers et des fermetures éclair omniprésentes. Superpositions de constructions au tricot, de manteaux en cashmere et en mohair double-face, le look maison est déstructuré, porté par des couleurs sombres, oscillant entre le bleu marine, un ton gagnant ces jours-ci sur les podiums, le gris, le noir, le vert profond, entrecoupés de bordeaux ou d'ivoire.

Dimanche, les fashionistas ont également suivi dans la matinée le défilé très attendu de la Britannique Victoria Beckhman, star montante des défilés new-yorkais, dont la famille était au grand complet au premier rang, autour de son mari, le footballeur David Beckham, avant de se diriger vers le show du designer américain Derek Lam à la mi-journée.

Se penchant sur la question épineuse de ce que veulent les femmes, M. Lam a proposé une collection très luxe, mais aussi facile à porter, aux textures aussi seyantes et pastels que confortables.

Etaient également au programme dimanche, la griffe espagnole Delpozo, Thakoon et Diane von Furstenberg, grand nom de la mode à New York, qui fête les 40 ans de sa célèbre robe portefeuille.

ppa/rap

PLUS:hp