NOUVELLES

Alexandre Bilodeau et Mikaël Kingsbury pourront difficilement échapper l'or

09/02/2014 04:20 EST | Actualisé 10/04/2014 05:12 EDT

SOTCHI, Russie - À moins de connaître une bien mauvaise journée sur la piste des bosses du Parc extrême Rosa Khutor, lundi, il est difficile d'imaginer comment l'or olympique pourrait échapper au Canada tellement Alexandre Bilodeau et Mikaël Kingsbury sont dominants cette saison.

Bilodeau, médaillé d'or à Vancouver, mène actuellement le classement de la Coupe du monde après avoir signé trois victoires consécutives. Lors de la dernière étape, à Val St-Côme, il a offert une prestation sans faille pour ravir à Kingsbury le titre de favori des Jeux.

Kingsbury talonne Bilodeau au classement, lui qui avait d'ailleurs remporté les trois premières courses de la saison après avoir dominé la dernière campagne, remportant le globe de cristal. Mais le bosseur de Deux-Montagnes refuse d'accorder le titre de favori à son compatriote.

«C'est trois à trois, les Jeux de Sotchi seront le septième match de cette finale», avait imagé Kingsbury après l'épreuve québécoise, en janvier dernier.

Par contre, ni Bilodeau ni Kingsbury ne considèrent que cette épreuve sera une course à deux. Pourtant, avec 540 points pour le premier et 500 pour le deuxième, ils sont loin de leurs plus proches poursuivants, l'Américaine Patrick Deneen (270) et le Japonais Sho Endo (190).

«On ne sera pas que deux, c'est sûr, a déclaré Kingsbury. Je pense que Patrick Deneen est grandement à considérer. Il est vraiment fort. Il est ultra rapide. Il ne faut pas oublier les frères (américains Bradley et Bryon) Wilson, ainsi que les deux autres Canadiens: Marc-Antoine Gagnon et Philippe Marquis. Les Français... Il y a beaucoup de monde. Pour être dans le top-10, t'as pas le droit à l'erreur.

«Alex et moi avons vraiment une bonne saison cette année. Nous sommes très constants, même si j'ai fait une erreur à Lake Placid (qui l'a relégué à la sixième place), on a été sur le podium bien souvent dernièrement.»

Il ne saurait mieux dire: depuis le début de la saison 2011-12, Kinsgbury a pris part à 34 courses, terminant 30 fois sur le podium, dont 19 victoires. Au cours de la même période, Bilodeau — qui a pris une pause en 2011-12 — a disputé 24 épreuves, montant 18 fois sur le podium, dont huit fois sur la plus haute marche. Ça ne laisse pas beaucoup de médailles pour les autres compétiteurs. Patrick Deneen ne se compte toutefois pas pour battu.

«Je skie vraiment bien présentement, je suis sorti de ma petite léthargie, a noté l'Américain. Je travaille à augmenter mon coefficient de difficulté et je compte sortir mes plus gros sauts pendant les Jeux. J'ai déjà battu Kingsbury et Bilodeau en vitesse et pour mon ski, tout ce qu'il me reste à faire, c'est de me rapprocher d'eux dans les airs. Si je le fais et que je suis plus rapide et skie mieux qu'eux, je ne vois pourquoi je ne pourrais pas gagner l'or.»

David Mirota, directeur haute performance à l'Association canadienne de ski acrobatique (ACSA), n'est pas de cet avis.

«Le parcours est le plus difficile que l'on ait skié cette saison et, au début de la semaine, c'est vrai, tout le monde était sur le même pied. Mais depuis deux jours, alors que les gars font des descentes complètes, Alexandre et Mikaël sont loin devant. Sans l'ombre d'un doute, on vise l'or et l'argent.»

Selon lui, le suspense se fera pour la troisième place et il n'exclut pas un triplé canadien.

«Marc-Antoine et Philippe ont beaucoup de potentiel. Marc-Antoine a terminé troisième à Deer Valley et il est très constant en compétition. Philippe a quant à lui terminé troisième de l'épreuve test ici, l'an dernier. Il est donc à l'aise et confiant sur ce parcours.»

Peter Judge, chef de la direction de l'ACSA, met toutefois un bémol.

«Les Jeux olympiques constituent l'ultime événement-réalité, a-t-il illustré. Même si Alex et Mik sont les favoris, on a déjà vu des incidents bizarres se produire aux Jeux.»

PLUS:pc