NOUVELLES

Un homme d'affaires canadien emprisonné à Cuba rentre au pays

08/02/2014 10:23 EST | Actualisé 10/04/2014 05:12 EDT

TORONTO - Un homme d'affaires canadien qui a passé deux ans et demi dans une prison cubaine pour corruption est revenu au Canada de façon inattendue.

Sarkis Yacoubian, président de l'entreprise d'importation Tri-Star Caribbean, a affirmé samedi qu'il était extrêmement content et excité de rentrer chez lui à Toronto.

Il a toutefois précisé qu'il tentait encore de s'adapter à sa nouvelle situation, après avoir appris la nouvelle de sa libération moins de 48 heures auparavant.

M. Yacoubian a été arrêté par les autorités cubaines en 2011, mais il n'a été accusé qu'en 2013 de corruption, d'évasion fiscale et d'«activités nuisibles pour l'économie». Il a été condamné à neuf ans de prison.

L'homme d'origine arménienne est né au Liban, où il a étudié les relations internationales avant d'arriver à Montréal pour faire une maîtrise en administration des affaires à l'Université McGill. Il s'est ensuite installé à Cuba, où il a passé une vingtaine d'années, établissant des partenariats avec le gouvernement cubain dans plusieurs domaines.

M. Yacoubian a expliqué que parce qu'il avait été expulsé de Cuba, il n'était pas soumis à des conditions de transfert qui auraient exigé qu'il purge le reste de sa peine au Canada.

«Je ne peux dire pour quels motifs j'ai été expulsé», a déclaré l'homme de 53 ans à La Presse Canadienne, qui l'a joint dans la résidence de sa mère à Toronto. «Quand les gens vont en prison, la plupart disent qu'ils sont innocents. Ce ne sont pas seulement les faits qui appuient mon innocence, mais également une reconnaissance officielle» des autorités cubaines, a-t-il dit.

«Je suis toujours confus. Ils m'ont libéré après un avis de 24-48 heures, et je ne comprends toujours pas très bien comme cela s'est produit. J'essaie de comprendre ce qui s'est passé, qui avait un intérêt derrière cela (...). Ils m'ont seulement dit qu'ils allaient me libérer.»

M. Yacoubian se dit prêt à partager son histoire, mais il veut d'abord consulter ses avocats avant d'en dire plus.

«Je veux être disculpé de façon appropriée au plus haut niveau une fois que les faits auront été établis. J'ai déjà été disculpé officiellement, je ne peux vous dire comment, mais cela va sortir d'ici deux semaines», a-t-il dit.

PLUS:pc