NOUVELLES

Mark McMorris récolte la médaille de bronze en slopestyle

08/02/2014 02:12 EST | Actualisé 10/04/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
United States' Sage Kotsenburg, center, celebrates with Norway's Staale Sandbech, left, and Canada's Mark McMorris after Kotsenburg won the men's snowboard slopestyle final at the Rosa Khutor Extreme Park, at the 2014 Winter Olympics, Saturday, Feb. 8, 2014, in Krasnaya Polyana, Russia. Sandbech took the silver medal and McMorris took bronze. (AP Photo/Andy Wong)

KRASNAÏA POLIANA, Russie - On attendait davantage Maxence Parrot, et même Sébastien Toutant. Mais c'est finalement Mark McMorris qui est monté sur le podium de slopestyle masculin, samedi. McMorris a ainsi glané la première médaille canadienne aux Jeux de Sotchi — une médaille de bronze dans la toute première épreuve olympique de surf des neiges style libre de l'histoire.

«Ç'a beau être une médaille de bronze, pour moi c'est comme une médaille d'or compte tenu de la semaine en montagnes russes que j'ai connue», a affirmé McMorris.

Le planchiste de Regina a été confronté à beaucoup d'adversité depuis qu'il s'est fracturé une côte aux X-Games, il y a une dizaine de jours. En Russie, il a dû se soumettre à l'étape de la demi-finale, samedi matin, après avoir vu Parrot et Toutant accéder directement en finale en qualifications, jeudi.

En finale, le score de 88,75 points qu'il a obtenu, au début de la seconde manche, a tenu bon jusqu'à la fin. Parrot était le dernier qui pouvait le devancer, et il a réalisé une très bonne descente. Dans l'aire d'attente de son résultat, Parrot se visualisait déjà gagner une médaille à la place de son coéquipier. La note de 87,25 que lui ont octroyée les juges l'a laissé pantois.

«J'avais déjà la tête dans les nuages. Je me voyais sur le podium à 110 pour cent, a avoué le jeune Bromontois. J'ai été très déçu de voir que je finissais cinquième. Mais bon, ce sont les Jeux olympiques. Je suis content d'être ici. Je ne repartirai pas en pleurant.»

Parrot, qui avait dominé les qualifications jeudi, a été d'autant surpris de son score parce qu'il a effectué un saut pour la première fois en compétition un saut (triple périlleux désaxé avec quatre rotations et demie).

«Les gars, je ne suis pas le seul, sont quelque peu confus sur la façon qu'on a jugé la compétition, a argué Parrot. En qualif, j'ai fait une descente technique qui a été notée à plus de 97 points. Aujourd'hui, je voulais faire la même chose, mais on favorisait le style à la technique.»

L'Américain Sage Kotsenburg a remporté la médaille d'or sans effectuer de triple saut périlleux désaxé, avec un score plutôt bas de 93,50 points, devançant le Norvégien Staale Sandbech (91,75). Le Montréalais Sébastien Toutant a pris le neuvième rang, ne pouvant surpasser la marque de 58,50 points dans ses deux descentes. L'autre Canadien en lice, Charles Reid, de Mont-Tremblant, a subi l'élimination en demi-finale.

En constatant que les juges valorisaient le style, Parrot a modifié ses plans au haut de la piste, avant sa dernière descente.

«J'avais planifié faire deux triples mais, après avoir vu Mark en faire deux et n'avoir un score que de 88 points, quand moi je pensais qu'il aurait dû avoir 95 points ou plus, je me suis dit que les juges n'appréciaient pas les triples. J'ai décidé de faire un double. C'est plus facile, mais je n'ai eu qu'un point de moins que Mark.»

L'athlète âgé de 19 ans, a déploré le manque de communication entre les juges et les compétiteurs parce que c'est de commune mesure en slopestyle que les juges fassent savoir aux athlètes ce qu'ils désirent voir.

«Ça été une merveilleuse compétition de A à Z, a résumé le champion des récents X-Games d'Aspen, au Colorado. Le seul aspect négatif a été le manque de communication entre les juges et les 'riders'.»

Pas un facteur

Pour ce qui est de Toutant, il était déçu de sa performance, mais loin d'être abattu. Pour lui qui gagne sa vie sur le circuit professionnel, la vie continue. Il ne remettait également aucunement en question la décision que Parrot et lui ont prise d'assister à la cérémonie d'ouverture, la veille.

«Nous ne sommes pas restés jusqu'à la fin. Nous étions de retour en montagne à 22h30, l'heure à laquelle je me couche habituellement, a-t-il expliqué. La fatigue n'a pas été un facteur parce que, comme nous étions déjà qualifiés pour la finale, notre entraînement de ce matin n'était qu'à 11h50. Ça n'a aucune incidence sur nos résultats.»

Désirant s'imprégner à fond de l'expérience olympique, «Seb Toots», 20 ans, a dit qu'il va se rappeler «pendant toute sa vie» de sa présence à la cérémonie d'ouverture.

«Ici, nous sommes dans une bulle et je n'avais pas le sentiment d'être aux Jeux olympiques. En se rendant en ville, on a pu être dans l'atmosphère et montrer nos couleurs à tout le monde en entrant dans le grand stade.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Sotchi 2014 en photos
Cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Sotchi