NOUVELLES

Des milliers de Tunisiens rendent hommage à l'opposant assassiné Chokri Belaïd

08/02/2014 07:42 EST | Actualisé 10/04/2014 05:12 EDT

Près de 3.000 personnes se sont rassemblées samedi sur la tombe de l'opposant tunisien de gauche Chokri Belaïd, dont l'assassinat il y a un an avait provoqué un séisme en Tunisie.

Les participants ont d'abord récité la "Fatiha", la sourate qui ouvre le Coran, pour l'avocat et militant de tendance marxiste et panarabiste de 48 ans, enterré dans le carré des martyrs du cimetière du Jellaz à Tunis, a rapporté un photographe de l'AFP.

Ce rassemblement commémore le passage d'un an après ses funérailles le 8 février 2013, auxquelles des dizaines de milliers de personnes avaient participé en criant leur colère contre les islamistes d'Ennahda, alors aux commandes et accusés par les proches de Chokri Belaïd d'être responsables du crime.

L'opposant, farouche critique des islamistes, avait été tué par balles le 6 février 2013 devant chez lui.

Les autorités ont attribué son assassinat aux jihadistes d'Ansar Asharia, qui n'a jamais revendiqué ce meurtre ni aucune autre attaque armée. Le ministère de l'Intérieur a annoncé que le tireur présumé, Kamel Gadhgadhi, avait été tué dans une opération antiterroriste cette semaine.

La veuve de Chokri Belaïd, Basma Khalfaoui, était présente samedi, tout comme la veuve d'un autre opposant assassiné en juillet selon le même mode opératoire, Mohamed Brahmi.

"Qui a tué Chokri Belaïd?", demandaient des banderoles, tandis que d'autres affirmaient: "Nous ne t'oublions pas".

Plusieurs personnes brandissaient des drapeaux tunisiens et des photos de Chokri Belaïd. De nombreuses personnes continuaient d'affluer sur la colline où se trouve la tombe.

Une marche doit ensuite se diriger vers l'avenue Habib Bourguiba, dans le centre-ville, où des renforts policiers ont été déployés et dont le ciel était régulièrement survolé par des hélicoptères.

De leur côté, les partisans d'Ennahda commençaient à se rassembler devant l'Assemblée constituante, à quelques km de là, pour fêter l'adoption de la Constitution à l'appel du parti, selon une journaliste de l'AFP sur place.

L'assassinat de Chokri Belaïd avait marqué le début d'une année d'instabilité pour la Tunisie.

La grave crise qui a paralysé le pays commence tout juste à se dissiper, avec l'adoption fin janvier d'une nouvelle Constitution, trois ans après la révolution, et la formation d'un gouvernement apolitique devant mener la Tunisie vers des élections générales.

Ennahda, arrivé en tête des premières élections après la chute du président Zine el-Abidine Ben Ali, a remis le pouvoir aux termes d'un accord âprement négocié.

pho-kl-iba/feb

PLUS:hp