NOUVELLES

Clement veut modifier le programme de congés de maladie des fonctionnaires

08/02/2014 04:41 EST | Actualisé 10/04/2014 05:12 EDT

HALIFAX - Le président du Conseil du Trésor, Tony Clement, propose une refonte du programme des congés de maladie des fonctionnaires.

Il suggère entre autres que les employés de l'État n'aient plus la possibilité d'en accumuler.

M. Clement met de l'avant une formule qui comprendrait de cinq à sept jours de congé de maladie par année.

Cette formule permettrait également des périodes d'absence en cas d'invalidité variant d'une semaine à six mois et des retraits à long terme d'une durée supérieure à six mois.

Le président du Conseil du Trésor estime que ses propositions sont équitables. Il juge aussi qu'elles faciliteraient le traitement des cas liés à des problèmes de santé mentale.

À l'occasion d'une allocution prononcée à Halifax dans le cadre d'une conférence du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse, Tony Clement a déploré le fait que, sous le présent régime, «certains travailleurs épuisent tous leurs congés de maladie et doivent donc miser sur leurs assurances pour être en mesure de payer leurs factures». Il faisait alors allusion aux jeunes fonctionnaires et aux employés venant d'être embauchés dans le secteur public qui n'ont pas encore eu le temps d'accumuler de multiples congés de maladie.

Il a ajouté qu'il ne pensait pas que le système actuel soit bon pour eux. M. Clement est même allé jusqu'à le qualifier d'«immoral».

Il précise que ses idées feront l'objet de discussions pendant la prochaine année, alors que des négociations auront lieu avec 17 syndicats du secteur public.

Plus tôt durant la semaine, le bureau du directeur parlementaire du budget (DPB) a soutenu, dans l'un de ses rapports, qu'en moyenne, les fonctionnaires prennent 11,5 jours de congé de maladie sur une base annuelle, tandis que Tony Clement avait auparavant avancé le chiffre de 18.

M. Clement aurait englobé dans son calcul le temps de travail manqué en raison d'accidents survenus dans le milieu professionnel ainsi que les congés de maladie non payés.

Toujours selon le document du DPB, en 2011-2012, les congés de maladie dans la fonction publique ont entraîné des coûts de 871 millions $, ce qui représentait une hausse d'environ 68 pour cent par rapport à l'année financière 2001-2002.

Cependant, la taille de la fonction publique a considérablement augmenté pendant cette décennie. Les salaires et le nombre de congés de maladie offerts ont également bondi durant cette même période.

PLUS:pc