NOUVELLES

Avec un doublé historique, les Dufour-Lapointe ont vécu de fortes émotions

08/02/2014 10:21 EST | Actualisé 10/04/2014 05:12 EDT

KRASNAÏA POLIANA, Russie - En réussissant un doublé historique à la finale des bosses des Jeux olympiques de Sotchi, les soeurs Justine et Chloé Dufour-Lapointe ont vécu une soirée forte en émotions. Mais malgré l'euphorie de la victoire, elles ont aussi eu à partager la déception vécue par leur soeur aînée, Maxime, 12e de la compétition.

L'autre Canadienne en lice, Audrey Robichaud, a aussi vu son parcours se terminer en ronde des 12, alors qu'elle a pris le 10e rang.

Justine, âgé de 19 ans, et Chloé, 22 ans, ont offert des descentes sans faille dans la dernière étape de la finale, contrairement à l'Américaine Hannah Kearney, médaillée d'or à Vancouver et grande favorite pour l'emporter, mais qui a dû se contenter du bronze.

Comme lors de sa première descente, la skieuse de 27 ans a a connu des ennuis à l'atterrissage de son premier saut, une faute trop évidente pour qu'elle puisse espérer l'emporter.

Kearney a finalement récolté 21,49 points, quelques centièmes de moins que Chloé (21,66) et près d'un point de moins que la gagnante (22,44).

«Je suis encore sous le choc, a d'abord lancé Justine dans la zone mixte. Je ne le réalise pas présentement, c'est fou.

«Quand je suis arrivée en bas, j'ai vraiment senti que j'avais tout donné. J'étais agressive, souple, plus rapide. C'est ce que je voulais accomplir: être satisfaite de la façon dont j'avais skié. (...) C'est ce que je voulais faire: hausser mon niveau à chaque descente et de finir avec une descente dont je serai satisfaite pour toujours.»

Aux premières loges pour constater la bourde de Kearney, Justine a refusé de croire qu'elle venait de l'emporter.

«J'étais assise et j'ai vu la patte (de Kearney) qui sort et là je me suis tournée vers Chloé. Elle m'a fait 'oui' de la tête et m'as dit: 'Tu l'as! Tu l'as la médaille d'or!' Moi, je me suis pris la tête entre les deux mains et je ne comprenais pas. J'ai tout donné et de voir que j'ai gagné, c'est fou. J'ai attendu jusqu'à la fin, jusqu'à ce que je vois le score. Et là, ça m'a tombé dessus comme une brique: 'C'est vrai! T'es championne olympique'.»

«J'étais assise à côté de Justine et je ne le réalisais pas, a raconté Chloé. En fait, je ne le réalise pas encore. Je suis remplie d'émotions. On a donné tout ce qu'on avait à donner. La personne qui est passée après nous a fait des erreurs qui lui ont sûrement coûté la victoire ou la deuxième place. Hannah Kearney skie très bien. Elle était la personne à battre, mais ce soir on a tout donné et ça a donné ce que ça a donné.»

Mais dans toute cette euphorie, il a aussi fallu panser les plaies de Maxime, qui a rencontré les journalistes les yeux humides.

«Au début, a-t-elle analysé avant de prendre une pause pour se ressaisir, c'est certain que c'est décevant de savoir que j'aurai pu... C'est une faute technique, ça arrive. Mais c'est poche que ça arrive à ce moment-ci. Oui, il y a un sentiment de déception, mais si je prends un peu de recul et que je regarde l'ensemble, ce n'est pas juste aujourd'hui. C'était le dernier mois. Comment j'ai passé au travers de la sélection. Juste de me rendre ici, c'était un immense succès.»

La jeune femme de maintenant 25 ans — c'est son anniversaire ce dimanche — a toutefois pu trouver du réconfort dans les bras de ses parents, sur place pour encourager toute leur famille. Elle était déjà plus souriante quand elle a retrouvé ses soeurs à la conférence de presse des médaillées.

Kearney inconsolable

Quelques minutes après avoir parlé avec Maxime, c'est une Kerney dévastée qu'ont rencontrée les journalistes. Elle a d'ailleurs eu du mal à franchir la zone mixte, pleurant à chaudes larmes.

«Malheureusement, ce n'est pas une bonne sensation que de remporter le bronze, a-t-elle admis. C'est mieux de se tenir sur la plus haute marche du podium. C'est comme si je m'étais laissée tomber. Je voulais la médaille d'or et j'ai skié pour la gagner, mais j'ai fait une grave erreur et vous ne gagnez pas la médaille d'or en commettant ce genre de faux-pas.»

Doublé historique

Justine et Chloé sont devenues, samedi, le troisième duo de soeurs à grimper sur les deux plus hautes marche du podium, après les Française Christine et Marielle Goitschel, qui ont signé des doublés au slalom et slalom géant des Jeux de 1964, et les Autrichiennes Doris et Angelika Neuneer, à la luge des Jeux de 1992.

À 19 ans et 321 jours, Justine est aussi devenue la plus jeune médaillée d'or du ski acrobatique, autant chez les dames que chez les hommes.

PLUS:pc