NOUVELLES

USA: le cerveau présumé de l'"eBay de la drogue" plaide non-coupable

07/02/2014 03:46 EST | Actualisé 09/04/2014 05:12 EDT

Le cerveau présumé du site internet Silk Road, surnommé "l'eBay de la drogue", a plaidé non-coupable vendredi à New York d'une série d'accusations dont blanchiment d'argent et trafic de stupéfiants.

Interpellé début octobre et placé, depuis, en détention provisoire, Ross Ulbricht, 29 ans, est soupçonné d'avoir dirigé le "plus grand et le plus sophistiqué marché noir de la criminalité sur internet", selon l'accusation.

Fermé par les autorités américaines, le site Silk Road qu'il est soupçonné d'avoir fondé permettait notamment d'acquérir héroïne, cocaïne ou LSD grâce à la monnaie virtuelle bitcoin, en garantissant l'anonymat à "plus d'une centaine de milliers" d'acheteurs sur le globe.

Des kits de piratage informatique et des services de tueurs à gage étaient proposés sur ce site, d'après l'accusation qui soupçonne également M. Ulbricht d'avoir voulu faire assassiner un utilisateur de Silk Road qui menaçait de révéler le nom d'autres clients.

M. Ulbricht, qui aurait perçu plusieurs "dizaines de millions de dollars" de commissions, a rejeté ces accusations en plaidant non coupable lors d'une audience de procédure d'une vingtaine de minutes devant la cour fédérale de l'Etat de New York.

Le procès sur le fond a été fixé au 3 novembre.

"Il va aussi bien qu'on peut aller dans ces circonstances qui sont difficiles", a déclaré sa mère, Lynn Ulbricht, en marge de l'audience.

Son avocat Joshua Dratel a indiqué envisager de demander une remise en liberté sous caution de son client, une éventualité à laquelle les procureurs ont déjà prévenu qu'ils s'opposeraient.

"Nous attendons de pouvoir examiner le dossier", a dit l'avocat.

Trois autres personnes ont été inculpées dans le cadre des investigations sur Silk Road qui a permis aux autorités américaines de saisir près de 175.000 bitcoins valant plus de 150 millions de dollars.

En marge de cette enquête, deux autres suspects ont été inculpés fin janvier à New York pour avoir illicitement vendu des bitcoins destinés à être utilisés sur Silk Road. L'un d'eux, Charlie Shrem, dirige la plate-forme d'échange électronique BitInstant qui permet d'acheter légalement cette monnaie virtuelle.

Inventé en 2009, le bitcoin, qui s'échange en ligne de gré à gré, est parfois présenté comme l'argent du crime en raison de l'opacité supposée de ce système.

jmb-rl-jt/sl/jca

PLUS:hp